Positivons!

Comme je suis résolument dans l’esprit des Fêtes et refuse d’en sortir (j’ai eu assez de mal à m’y mettre!), j’ai décidé, en cette quasi veille de Noël, de souligner quelques avancées de l’Acadie au cours de l’année qui s’achève et qui méritent qu’on s’en réjouisse.

Il y a d’abord le renouveau de la Société Nationale de l’Acadie (chère à mon cœur et, je l’espère, au vôtre) avec, en mai, l’arrivée prometteuse de sa nouvelle directrice générale, Véronique Mallet, puis, en octobre, de sa nouvelle présidente, Louise Imbeault. Le poste était brigué par deux candidats, la première fois selon moi depuis 2004. Cela prouve bien l’intérêt que suscite toujours notre organisme porte-parole et je suis ravie de le savoir de nouveau sur la bonne voie.

Notre sénateur, René Cormier, est maintenant président du comité sénatorial sur les langues officielles, ce qui est un honneur pour l’Acadie, bien sûr, mais aussi une assurance que nos préoccupations dans ce domaine seront clairement exprimées et prises en compte.

Cette semaine, on apprenait aussi que René Légère était nommé au conseil d’administration de la Société Radio-Canada et Nancy Juneau à celui de l’Office national du film. Depuis le temps qu’on se plaint que l’Acadie n’est pas représentée adéquatement au sein de la société d’État et des instances culturelles du pays, voilà bien de quoi se réjouir.

Je m’en voudrais de passer sous silence quelques distinctions culturelles majeures: tout d’abord le fait que deux auteurs acadiens, Emma Haché et Serge-Patrice Thibodeau étaient finalistes pour les Prix littéraires du Gouverneur général et puis, juste cette semaine, que les Éditions Bouton d’or Acadie de Moncton sont finalistes au prestigieux Prix Champlain pour deux de leurs livres. Pendant ce temps, le cinéaste Phil Comeau continue à rafler les prix tous azimuts pour ses deux films: Belle-Île en Mer, île bretonne et acadienne et Zachary Richard, toujours batailleur. La culture acadienne a le vent dans les voiles, semble-t-il.

Comme l’heure est aux réjouissances et pas encore au bilan de l’année 2017 (ce sera pour la semaine prochaine), je vous invite, chers lecteurs et lectrices, à ajouter à ma petite liste les avancées que vous avez remarquées, en Acadie et dans vos communautés respectives. Joyeux Noël!