La SANB est-elle fichue?

La Société de l’Acadie du Nouveau-Brunswick ne pète pas le feu par les temps qui courent. Et une fois de plus, je me demande à quel avenir elle est vouée…et même si elle a un avenir.

Il faut dire que les dernières années ont été plutôt rock’n roll pour cet organisme qui peine à trouver sa place dans une société civile acadienne bien plus diversifiée que lors de sa naissance, en 1973.

On se rappelle que les tensions internes qui montaient depuis belle lurette ont explosé en juin 2015. Au cours des mois suivants, la SANB a été complètement paralysée.

Les conséquences de cette crise ont été catastrophiques. Des militants sont partis en claquant la porte, plusieurs organismes acadiens lui ont tourné le dos et le directeur général a été remercié de ses services.

Mais les choses ont fini par se calmer et elle a réussi à remonter la pente de peine et de misère. En octobre 2016, elle a franchi une étape importante de sa reconstruction lorsque Kevin Arseneau a été élu par acclamation à la présidence.

Son arrivée était une bonne nouvelle pour l’organisme. Il était jeune, fougueux et semblait être la personne idéale pour lui redonner un peu de vigueur.

Mais son règne a été de courte durée. Attiré par le chant des sirènes de la politique provinciale, il a quitté le navire moins d’un an plus tard pour tenter sa chance chez les libéraux.

Depuis, la SANB est (encore) de retour à la case départ. Elle se retrouve à nouveau avec un président par intérim et n’est pas très présente sur la place publique.

Aujourd’hui, on peut se demander qui osera prendre les rênes de cet organisme amoché, qui peine à attirer les jeunes et qui est loin d’être aussi influent qu’avant.

Et tant qu’à y être, on peut carrément se demander si tous ces redémarrages, tous ces efforts de reconstruction ne sont pas futiles. Les Acadiens souhaitent-ils même que la SANB les représente? A-t-elle encore sa place en 2018?