Un coup de génie

Brian Gallant a annoncé la semaine dernière que certains parents moins fortunés pourront bientôt envoyer leurs enfants à la garderie gratuitement. Politiquement parlant, c’est un coup de génie.

Les libéraux sont malins. Ils vont d’abord donner un avant-goût de la gratuité avant la fin de l’hiver en l’offrant à Saint-Jean et à Edmundston (deux régions qui, comme par hasard, devraient être chaudement disputées lors de la prochaine campagne). Le reste de la province y aura droit… après les élections du 24 septembre.

Brian Gallant marque des points en faisant cette promesse électoraliste. Pendant ce temps, ses rivaux ne peuvent pas faire grand-chose d’autre que de rouspéter sur les lignes de côté.

Mais ce n’est pas tout. La gratuité des garderies comme telle – qui s’inscrit dans le centrisme assez large des libéraux – risque de donner des maux de tête aux autres partis.

C’est que depuis qu’il a pris le pouvoir en 2014, Brian Gallant s’aventure autant à droite qu’à gauche et occupe pas mal de place sur le spectre politique.

Il a adopté une série de mesures plus à gauche, telles que la gratuité de la scolarité universitaire et collégiale pour les étudiants issus de familles à faibles revenus, l’abolition de certaines barrières à l’avortement et les hausses du salaire minimum.

Pendant ce temps, il a aussi couvert son flanc droit, notamment en diminuant le taux d’imposition des petites entreprises, en continuant à privatiser certains pans du système de soins de santé et en choisissant de ne pas imposer une taxe directe sur le carbone.

Face à cela, les autres partis peuvent toujours essayer de se démarquer en allant encore plus à gauche ou encore plus à droite. Mais c’est une stratégie risquée et qui risque de leur coûter l’appui d’électeurs plus à l’aise au centre.

Aujourd’hui, à quelques mois des élections, les opposants des libéraux ont de moins en moins de marge de manoeuvre. Et l’annonce de la semaine dernière dans le dossier des garderies ne les aide pas le moindrement du monde.