Masanotti et l’odeur du vestiaire du Titan

Noah Dobson continue de gagner des points aux yeux de certains sites web spécialisés dans le repêchage de la Ligue nationale.

Ainsi, le défenseur du Titan d’Acadie-Bathurst est désormais vu comme le sixième meilleur espoir selon Sportsnet.

Filip Zadina (3e), Jared McIsaac (13e) et Benoit-Olivier Groulx (20e), des Mooseheads de Halifax, Alexander Khovanov (24e), des Wildcats de Moncton, et Joseph Veleno (15e), des Voltigeurs de Drummondville, font également partie du top 31 du dernier relevé de Sportsnet.

Le Suédois Rasmus Dahlin (Frolunda) et le Russe Andrei Svechnikov (Colts de Barrie) sont respectivement premier et deuxième.

Du côté de Dobber Prospect, Dobson occupe le 10e échelon. Zadina se faufile toutefois entre Dahlin et Svechnikov en deuxième place. Veleno (18e), McIsaac (22e), Groulx (26e) et Philip Kurashev (29e), des Remparts de Québec, ont aussi la cote auprès de Dobber Prospect.

En ce qui concerne The Hockey Writers, on semble nettement moins aimer Dobson puisqu’on le retrouve dans leur récent relevé au 21e rang. Zadina (3e), Veleno (6e), McIsaac (12e), Groulx (20e) et Kurashev (28e) sont également vus comme des choix de premier tour par The Hockey Writers.

Pour ce qui est de Hockey Draft Central, Dobson est encore moins bien coté avec sa 24e position. Zadina (3e), Veleno (10e), McIsaac (24e) et Groulx (29e) sont les autres premiers de classe selon Hockey Draft Central.

Bien hâte de voir le prochain relevé de la Centrale de recrutement de la LNH.

DINO MASANOTTI EN RENFORT

Moins de 48 heures après avoir disputé un match atroce à Baie-Comeau, les joueurs du Titan d’Acadie-Bathurst ont eu droit à la visite de l’ancien entraîneur Dino Masanotti avant la partie de dimanche contre les Remparts de Québec au Centre Vidéotron.

Masanotti, qui a été le premier entraîneur-chef de l’équipe après son déménagement à Bathurst en 1998, était on ne peut plus heureux d’avoir obtenu cette invitation.

«Mario Pouliot m’a permis de m’adresser aux joueurs dans le vestiaire avant le match. J’ai d’abord dit aux gars que la santé était ce qu’il y avait de plus important dans la vie. Parce que si tu as la santé, tout est possible. Je leur ai également dit que ça me faisait beaucoup de bien de me retrouver dans le vestiaire du Titan et de réaliser que je n’avais pas oublié l’odeur d’un vestiaire. Et j’ai terminé ça en leur disant:  »Sacrifice que ça pue! »», m’a raconté avec humour l’ancien entraîneur qui a aussi pu revoir les joueurs après la rencontre.

«Il faut croire que je leur ai porté chance puisqu’ils ont gagné 4 à 1», a-t-il ajouté.

Rappelons que Dino Masanotti a subi le 9 février 2016 un infarctus qui a failli lui coûter la vie en disputant une partie de hockey avec des amis à l’Aréna Jacques-Lemare dans l’arrondissement LaSalle. Par deux fois il a été déclaré cliniquement mort.

«Sais-tu quoi? Un Italien c’est pas tuable!», m’a lancé Dino avec humour plus tôt cette semaine.

«Quand je suis sorti du coma, il y avait dans ma chambre les membres de famille de même que Guy Boucher (l’entraîneur des Sénateurs d’Ottawa) et Jean Perron (l’ex-entraîneur du Canadien de Montréal et des Aigles Bleus de l’Université de Moncton). À la grande surprise des médecins, j’ai tout de suite reconnu tout le monde. Eux, ils étaient convaincus que je serais un légume. Pendant mon hospitalisation, ils avaient découvert que mon cerveau était lourdement endommagé en raison des commotions cérébrales que j’avais subies quand je jouais au hockey, dont trois qu’ils ont jugé majeures. Je te le dis, c’est pas tuable un Italien», m’a-t-il révélé en entrevue téléphonique.

«Aujourd’hui, je m’entraîne trois fois par semaine en faisant du CrossFit. J’aime ça parce que ça me fait bouger. J’ai même pu patiner une fois et je vais y retourner de nouveau bientôt», a-t-il ajouté.

DES NOUVELLES DE LOUIS-PHILIP FORTIN…

Le défenseur Louis-Philip Fortin, qui a été limité à seulement 13 matchs cette saison dans l’uniforme du Titan d’Acadie-Bathurst, a subi une arthroscopie à une épaule la semaine dernière. Une réhabilitation de quatre à six mois attend le malchanceux athlète.

Il devrait toutefois commencer sa physiothérapie d’ici la fin du mois.

Fortin est d’autant plus incertain de son avenir dans la LHJMQ qu’il aura 20 ans la saison prochaine. Selon ce que j’ai pu apprendre, Fortin n’exclut pas de faire le saut dès l’automne au niveau universitaire.

… ET DE REILLY PICKARD

Même s’il a subi la défaite dans trois de ses quatre matchs depuis qu’il a été échangé aux Phoenix de Sherbrooke, le gardien Reilly Pickard livre la marchandise avec sa nouvelle équipe. Avec sa moyenne de buts alloués de 2,40 et son taux d’arrêts de ,924, le Néo-Écossais procure une chance de gagner à son équipe dans chaque partie.

Ce n’est quand même pas sa faute si ses coéquipiers sont plutôt discrets à l’attaque.

MONCTON OU HALIFAX?

J’ai le plus grand respect pour l’organisation des Wildcats de Moncton et je leur souhaite la meilleure des chances dans leur objectif de présenter le tournoi de la Coupe Memorial en 2019. Ce serait extraordinaire de présenter un tel événement dans le nouveau Colisée qui aura pignon sur rue en plein centre-ville.

Ceci dit, je ne peux quand même pas m’empêcher de croire que ce tournoi devrait logiquement être disputé à Halifax. Je vous rappelle que les Mooseheads et les Wildcats sont les deux villes candidates.

Mais sérieusement, entre vous pis moi pis la boîte à pain, comment les décideurs pourront-ils ignorer la candidature des Orignaux quand on regarde leur alignement en vue de la prochaine campagne.

Imaginez, avant même d’avoir complété une transaction, les Mooseheads sont déjà assurés de compter dans leurs rangs des joueurs de la trempe de Filip Zadina, Raphaël Lavoie, Benoit-Olivier Groulx, Jocktan Chainey, Arnaud Durandeau, Jared McIsaac, Xavier Parent, Justin Barron, Jake Ryczek et Alexis Gravel.

Bien sûr, il n’y a encore rien de garanti au sujet de Zadina puisqu’il pourrait fort bien graduer dans la LNH dès cet automne, mais nous n’en sommes pas encore là.

En passant, je me suis également fait raconter que les Mooseheads n’ont toujours pas abandonné l’idée de convaincre le Terre-Neuvien Alex Newhook de se joindre au club en vue de la prochaine campagne.

Newhook, l’un des meilleurs espoirs en vue du repêchage de la LNH de 2019, s’est certes déjà compromis avec le Boston College, mais rien n’empêche qu’il puisse toujours changer d’idée.

LES MOOSEHEADS SONT EN FEU

Parlant des Mooseheads, ils occupent actuellement le premier rang du classement général avec 63 points en 44 matchs. Leur séquence de 11 victoires en 12 duels, dont leurs huit derniers, n’y est certainement pas étrangère.

Ce qui est impressionnant dans le cas des Mooseheads, c’est que sept de leurs joueurs âgés de 16 à 18 ans totalisent déjà plus de 20 points. Croyez-moi, c’est énorme.

Les Voltigeurs de Drummondville sont une autre équipe qui est sur une plus qu’heureuse séquence, eux qui ont remporté leurs sept derniers matchs.

L’ANECDOTE DE LA SEMAINE

Cette semaine, c’est au tour de l’ancienne directrice des opérations du Titan, Isabelle Morrier, de nous raconter un souvenir du passé.

L’anecdote remonte à l’automne 2006, plus précisément pendant la semaine de l’Halloween. Isabelle et l’épouse de l’entraîneur John Chabot, Terry Charette, ont la bonne idée d’organiser une fête pour les enfants avec la complicité des joueurs.

«Nous avons préparé une maison hantée, mais ça se passait en réalité dans la vestiaire. La chambre était noire avec de la boucane et seulement des petites lumières. Je me souviens qu’il y avait une longue file d’attente dans le corridor. En fait, il y avait du monde jusque dans le lobby en haut. Les enfants tremblaient de peur avant même d’entrer dans la chambre juste à entendre les cris. Les jeunes entraient à tour de rôle et il y avait plein d’obstacles. Ça avait été un succès incroyable», se souvient-elle.

«C’est Terry qui s’était occupée des costumes et du maquillage des joueurs. Bref, toute la mise en scène venait d’elle. Elle avait fait un travail extraordinaire. Les gens qui entraient dans la maison criaient du début à la fin. Nous avons eu un plaisir fou.»

Selon Isabelle, tous les joueurs avaient un rôle à jouer. Et tous avaient le mandat de faire dresser les cheveux des partisans par la peur.

«Les joueurs ont eu beaucoup de plaisir à faire crier les gens. Maxime Renaud, entre autres, était caché à la sortie et il s’amusait à prendre les pieds des gens pour les surprendre. Mathieu Perreault, lui, était habillé en Dracula et couché dans un cercueil. Quand tu passais devant lui, il se relevait en trombe. Si mes souvenirs sont bons, Spencer Jezegou avait le rôle de Frankenstein et il suivait le monde partout dans la chambre», m’a confié Isabelle.

J’ai approché d’autres joueurs à ce sujet et j’ai ainsi pu apprendre que Tomy Joly était déguisé en fantôme, alors qu’Éric Faille était caché sous une table d’où il lançait des fausses araignées sur le public.

C’EST ARRIVÉ UN 17 JANVIER

1989 – Le défenseur Guy Dupuis, de Memramcook, obtient deux passes, dont une sur le but vainqueur, et les Olympiques de Hull prennent la mesure des Bisons de Granby par la marque de 5 à 3. Du côté des Bisons, un certain Benoit Groulx, qui deviendra quelques années plus tard l’entraîneur des Olympiques, y est allé d’un but et une mention d’aide.

1989 – L’attaquant Patrick Caron, qui est originaire de Campbellton, inscrit deux buts dans un revers de 6 à 4 du Titan de Laval devant les Draveurs de Trois-Rivières. Parmi les coéquipiers de l’Acadien de Campbellton, on retrouve l’ancien entraîneur du Titan, Éric Dubois, ainsi que l’actuel entraîneur des Caps de Fredericton dans la Ligue midget AAA, Éric Bissonnette.

1992 – Les Néo-Brunswickois Shane Doiron, de Cap-Pelé, et Todd Sparks, d’Edmundston, obtiennent deux passes chacun dans un gain de 4 à 2 des Olympiques de Hull sur les Draveurs de Trois-Rivières.

LES ANNIVERSAIRES DE LA SEMAINE

17 janvier – Christopher Merisier-Ortiz (17), Hugo Lévesque (37), Mario Kurali (26), Éric Brulé (48), Stanislav Lascek (32), Tim Bernhardt (60), Jason Bermingham (41), Sylvain Turgeon (53), Jeremy Roenick (48), Dominic Perna (41). 18 janvier – François-Pierre Guénette (34), Olivier Bourret (18), Simon Fortier (23), Martin Moise (39), Denis Leblanc (46), Michel Caron (53), Matt Eagles (30), Alec MacDonald (18). 19 janvier – Jonathan Gautier (37), Olivier Proulx (36), Robert Steeves (25), Tyrone Sock (25), Michel Plante (66), Ian Laperrière (44), Brent Andrews (25), Sylvain Côté (52). 20 janvier – Kris MacDonald (32), Charles-Anthony Poulin (21), Liam Murphy (20), Martin Bergeron (50), Stéphane St-Amour (44), Christian Matte (43), David Philpott (35), Duncan MacIntyre (22). 21 janvier – Oskars Bartulis (31), Stephen Woodworth (25), Petr Preucil (35), Pascal Corbeil (20), Benjamin Casavant (27), Corey Garland (31), John LeBlanc (54), Craig Martin (47). 22 janvier – Ian Smallwood (19), Simon Lajeunesse (37), Pat Brisson (53), Serge Pépin (51), Michael Bossy (61), Gabriel Sylvestre (20). 23 janvier – Marco Charpentier (38), Grant West (26), Daniil Sokolka (19), David Ouellet-Beaudry (36), Marc Higginbotham (36), Mathieu Curadeau (33), Nicholas Blanchard (22), Mario Roberge (54), Frédéric St-Denis (32), Joël Bouchard (44).

LA QUESTION DE LA SEMAINE

Seulement deux défenseurs de la Péninsule acadienne ont réussi à accumuler plus de 100 points en carrière dans la LHJMQ. Le meneur est Rémi Blanchard, de Bas-Caraquet, avec 124 points en 264 parties. Qui est l’autre?

A. Michael Ward

B. Jacques Pinet

C. Luc Bourdon

D. Billy Bezeau

E. Donald McGrath

F. Douglas McGrath

Question de la semaine dernière: Quel défenseur détient le record pour le plus grand nombre de points accumulé en une saison par un défenseur originaire du Nouveau-Brunswick? Réponse: Jean-Claude Sawyer. En 2006-2007, Sawyer a amassé 77 points en 68 matchs dans l’uniforme des Screaming Eagles du Cap-Breton.