Une belle histoire de hockey

Comme plusieurs d’entre vous, j’ai été conquis par l’histoire de Guillaume Ouimet, ce jeune cégépien de 19 ans qui, au lever du jour, a récemment eu le grand bonheur de jouer au hockey pendant plus d’une heure avec Sidney Crosby sur une patinoire extérieure à Mont-Tremblant.

Ils n’étaient qu’eux deux, sans personne pour les déranger mis à part la petite amie du célèbre numéro 87 des Penguins de Pittsburgh qui se gelait les pieds en prenant des photos.

Un moment surréaliste qui a rapidement fait le tour des médias sociaux partout en Amérique et qui a été raconté par Mathias Brunet de La Presse. Une fort belle histoire de hockey comme il fait bon d’en lire.

http://plus.lapresse.ca/screens/029af1fb-f1fb-4c3e-8857-7b1f1aa4ff92%7C_0.html?utm_medium=Twitter&utm_campaign=Internal+Share&utm_content=Screen

Au fil des années, mon métier m’a permis de rencontrer et de discuter avec plusieurs grands athlètes, je pense à Jean Béliveau, Guy Lafleur, Yvon Durelle, Jacques LeBlanc, Ron Turcotte, Phil Esposito, Jean-Yves Thériault, Patrice Bergeron, Milaine Thériault, Brad Richards, Joël Bourgeois, Roberto Luongo, Rhéal Cormier, Sidney Crosby et bien d’autres encore.

Des rencontres qui n’ont cependant jamais été le fruit du hasard. C’est ce qui rend l’expérience de Guillaume Ouimet si unique, pour ne pas dire magique.

Pour ma part, la seule fois où le hasard a bien voulu placer une personnalité sportive sur ma route remonte au milieu des années 1980. Étrangement, mon histoire implique aussi les Penguins.

Avec des amis, je me trouvais à Montréal, plus précisément à La Ronde, quand un type costaud s’est approché de moi avec sa compagne. J’ai aussitôt reconnu Jimmy Mann, le premier choix des Jets de Winnipeg lors du repêchage de 1979. Mann, qui était davantage réputé pour ses talents pugilistiques, venait de parapher une entente avec l’organisation de Pittsburgh. Toujours est-il qu’il croyait dur comme fer que j’étais un jeune espoir de l’équipe en raison de mes bermudas d’Équipe Canada junior et de ma casquette des Penguins.

Mon «moment de gloire» s’est terminé aussitôt que je lui ai expliqué sa méprise.

Rien à voir donc avec une session de patinage de plus d’une heure avec le meilleur joueur de la planète.

Tout ça pour vous dire que j’envie Guillaume.