Attention aux Tigres de Victoriaville

De l’avis général, l’Armada de Blainville-Boisbriand, le Titan d’Acadie-Bathurst et les Tigres de Victoriaville sont les trois grands favoris pour remporter la Coupe du Président ce printemps.

Certes, certaines équipes pourraient venir mêler les cartes, je pense entre autres aux Remparts de Québec, aux Mooseheads de Halifax, aux Voltigeurs de Drummondville, au Phoenix de Sherbrooke,  ou encore à l’Océanic de Rimouski, mais la logique pointe vers les trois premiers clubs mentionnés.

Et si vous voulez mon avis, la formation qui me fait le plus peur est Victoriaville. Depuis trois semaines, les Tigres ne se contentent pas seulement de gagner tous leurs matchs. Ils pulvérisent carrément l’opposition.

Invaincus dans leurs huit derniers duels, les Tigres ont dominé 58 à 13 au chapitre des buts marqués lors de cette séquence. On parle ici d’une moyenne de plus de sept buts par match.

Et à n’en point douter, le premier trio des Félins, composé de Vitalii Abramov, Maxime Comtois et Ivan Kosorenkov, en est le principal catalyseur.

Au cours de ces huit parties, bien que Kosorenkov ait été absent dans l’une d’elle, la première unité des Tigres a récolté pas moins de 30 buts de 39 passes pour 69 points. Ils ont de plus maintenu un différentiel incroyable de +58. Abramov a été le plus productif avec 27 points (14-13, +22), suivi de Comtois (10-14=24, +21) et Kosorenkov (6-12=18, +15). Et c’est sans oublier l’avarice du gardien Étienne Montpetit avec sa moyenne de buts alloués de 1,43 et son taux d’arrêt de ,950 lors de ses sept dernières sorties, toutes remportées bien sûr.

J’ai donc pensé que l’occasion était belle de vous faire mieux connaître ces Tigres de Victoriaville qui terrorisent actuellement les autres formations du circuit. Et pour cela, j’ai questionné deux anciens porte-couleurs du Titan, Félix Boivin et Jimmy Huntington, qui sont aujourd’hui des membres importants dans l’équipe des Bois-Francs.

J’ai d’abord demandé à ces deux sympathiques athlètes ce qui s’est avéré le déclic dans la saison des Tigres, eux qui ont été plutôt décevant avant la période des échanges. Depuis, ils ont maintenu un dossier de 20 victoires et cinq revers.

Félix Boivin: «Nous jouons du gros hockey depuis quelques semaines et je pense vraiment que le déclic s’est fait quand nous avons commencé à nous concentrer seulement sur nous. Nous gardons les choses simples et nous respectons le plan de match. Nous avons également compris qu’il est très important de créer des bonnes habitudes de travail avant les séries éliminatoires.»

Jimmy Huntington: «Nous jouons avec beaucoup avec confiance depuis quelques parties. Et le fait qu’une bonne chimie s’est installée dans chaque trio explique en grande partie notre succès. Tous les gars ont confiance dans les autres. Et puis, il y a bien sûr le réveil du trio de Koso, Abramov et Comtois. On peut dire que tous les autres trios ne font que les suivre.»

J’ai alors voulu en savoir davantage sur ce fameux premier trio, de loin le plus performant actuellement dans la LHJMQ.

Félix Boivin: «Honnêtement, je n’ai jamais vu un trio se compléter autant à merveille que celui-là. Ils se voient partout sur la patinoire et ils sont extrêmement dangereux à chacune de leur présence sur la patinoire. Bref, ils sont extraordinaires.»

Jimmy Huntington: «C’est le meilleur trio de la LHJMQ, ça j’en suis certain. Ces trois-là ensemble, on dirait un trio de la Ligue nationale. Ils sont fascinants à regarder aller.»

J’ai alors voulu savoir si les Tigres avaient une faiblesse. Je les ai interrogé sur leur défensive qui, de l’avis de plusieurs, est possiblement leur point d’interrogation. Fait à noter, les Tigres utilisent chaque soir sept défenseurs, soit Vincent Lanoue, Dominic Cormier, Jérémie Beaudin, Jérôme Gravel, Mathieu Charlebois et Boivin. On y retrouve aucun joueur étoile, mais tous apportent un petit quelque chose qui semble donner de bons résultats.

Félix Boivin: «Nous avons tous les éléments nécessaires au sein de notre défensive. Je crois que nous nous complétons très bien. Vraiment, nous ne manquons de rien et nous croyons énormément en nous.»

Jimmy Huntington: «Je ne pense vraiment pas que c’est notre point d’interrogation. En fait, je ne sais même pas si nous avons un point d’interrogation dans notre équipe. Oui, c’était sans doute le cas au début de la saison quand ça allait moins bien, mais depuis Noël je n’ai jamais vu un groupe de joueurs aussi uni et autant déterminé à gagner. Je crois au contraire que notre défensive est très sous-estimée, surtout avec l’ajout de certains joueurs comme Cormier et Charlebois.»

Enfin, je les ai questionné sur le fait qu’ils ont quitté une équipe (le Titan) qui possède les outils pour se rendre jusqu’au bout afin de se joindre à un club qui se retrouve dans une position similaire. Je voulais savoir comment ils vivaient ça. Si Boivin s’est montré évasif, Huntington n’a pas manqué de remercier l’organisation du Titan d’avoir d’abord cru en lui.

Félix Boivin: «Je crois que la course en séries va être très chaude parce qu’il y a quelques autres bonnes équipes. Le plus important est de se concentrer sur notre équipe et tout va bien aller.»

Jimmy Huntington: «Je ne regrette pas d’avoir été échangé. Par contre, je ne remercierai jamais assez le Titan d’avoir cru en moi. Aujourd’hui, je fais partie d’un club qui aspire à la coupe et je ne changerais jamais le parcours qui m’a mené jusqu’ici. Je souhaite quand même au Titan la meilleure des chances.»

LA REMISE DES TROPHÉES DU TITAN

C’est ce dimanche que le Titan procédera à la remise de ses trophées annuels. Ça va avoir lieu au Danny’s de Beresford à compter de 19h.

Le défenseur Noah Dobson devrait logiquement être la grande vedette de la soirée. Attendez-vous à une récolte de plusieurs prix pour le surdoué de l’Île-du-Prince-Édouard.

Je vois aisément Dobson repartir avec les prix du joueur le plus utile, du meilleur défenseur, de la personnalité de l’année, du joueur-étudiant, du choix des partisans et de la Coupe des étoiles.

Par ailleurs, je m’attends aussi à voir Adam Holwell et Ethan Crossman remporter respectivement les trophées du joueur le plus sous-estimé et du joueur le plus amélioré.

LES MEILLEURS SÉQUENCES ACTUELLES

Maxime Comtois et Vitalii Abramov, des Tigres, connaissent présentement les meilleurs séquences de la LHJMQ au niveau des matchs avec au moins un point.

Comtois a réussi au moins un point dans chacune de ses 18 dernières rencontres pour un total de 21 buts et 23 passes. C’est la deuxième meilleure série du genre cette saison après celle de 25 rencontres d’Alex Barré-Boulet, de l’Armada, dans les dernières semaines de 2017.
Abramov, lui, profite qu’une série de 13 parties. Il a enregistré 19 buts et 19 passes pendant cette heureuse séquence.

Samuel Dove-McFalls, de l’Océanic, et Nicolas Poulin, du Phoenix, sont deux autres joueurs qui sont «hots» ces temps-ci, eux qui se sont inscrits à la marque dans chacune de leurs 10 dernières parties. Poulin, d’ailleurs, a marqué dans chacun de ses sept derniers duels.
Pascal Laberge, des Remparts (8 parties), Ivan Kosorenkov, des Tigres (7 parties), James Phelan, des Wildcats (7 parties), et Chase Harwell, des Tigres (7 parties), profitent eux aussi de belles séquences.

Dans le camp du Titan, Noah Dobson et German Rubtsov ont réussi au moins un point dans chacun de leurs cinq derniers matchs. Idem pour Cole Reginato du côté des Sea Dogs.

UN AUTRE SURDOUÉ QUI S’ILLUSTRE

J’en ai fait maintes fois la remarque, le dernier repêchage de la LHJMQ a été exceptionnel et ce n’est pas seulement en raison d’Alexis Lafrenière, de l’Océanic, et Jakob Pelletier des Wildcats.

Samuel Poulin, du Phoenix, Brett Budgell, des Islanders, Xavier Simoneau et Dawson Mercer, des Voltigeurs, Alex Beaucage, des Huskies, Brooklyn Kalmikov et Ryan Francis, des Screaming Eagles, Nathan Légaré, du Drakkar, Xavier Parent, des Mooseheads, et Mathieu Bizier, de l’Océanic, sont autant de joueurs qui ont déjà démontré qu’ils allaient dominer dans un avenir rapproché la LHJMQ.

Poulin vient d’ailleurs d’être choisi le joueur de la dernière semaine avec une récolte de trois buts et cinq passes en trois rencontres. Le jeune fils de Patrick Poulin est déjà l’un des piliers de l’offensive du Phoenix avec ses 15 buts et 43 points. D’ailleurs, depuis la fin de la date limite des échanges, Poulin a amassé 11 buts et 16 passes pour 27 points en 23 parties.

Mentionnons par ailleurs que Jakob Pelletier (20-37=57) n’a plus besoin que de deux petits points pour égaler le record de 59 points par un joueur de 16 ans avec les Wildcats. La marque appartient actuellement à Steve Bernier (31-28) depuis la saison 2001-2002.

SAMUEL ASSELIN DE RETOUR

Le Titan pourra compter sur un alignement complet mardi soir devant leurs partisans, puisque le dernier membre de l’infirmerie, Samuel Asselin, effectuera un retour au jeu.

«En temps normal j’ai souvent le sourire facile, mais depuis ce matin (lundi) c’est encore plus facile», m’a révélé un Asselin de fort belle humeur.

«Pour moi, le plus important sera de garder le jeu simple. J’ai l’intention de ne pas forcer les choses et je compte bouger mes pieds en tout temps. C’est de cette façon que je vais retrouver le momentum et la vitesse du jeu que j’avais au moment de ma blessure. Je veux me sentir de plus en plus à l’aise au fil des mes présences sur la patinoire.»

De son côté, l’entraîneur Mario Pouliot compte permettre à Asselin de s’intégrer progressivement.

«Comme nous l’avons fait avec (Justin) Ducharme, nous allons amener Asselin graduellement dans le jeu. Il va commencer au centre du quatrième trio et j’ai l’intention de l’utiliser en désavantage numérique», m’a confié l’entraîneur.

LES ISLANDERS, LA BÊTE NOIRE

Le Titan d’Acadie-Bathurst a beau avoir remporté ses deux derniers duels contre les Islanders de Charlottetown, ces derniers n’en demeurent pas moins leur bête noire. La preuve, les Insulaires montrent un dossier de 15 victoires, deux revers et une défaite en prolongation lors des 18 derniers affrontements entre les deux formations.

L’une des principales raisons du succès des Islanders contre le Titan est évidemment le gardien Matthew Welsh. Le portier néo-écossais a le don de livrer de grandes performances contre la troupe de Mario Pouliot et ce n’est un secret pour personne que les joueurs du Titan ont Welsh en horreur.

Le défenseur Olivier Desjardins, qui a eu l’occasion de vivre la rivalité des deux côtés de la clôture, croit que les Islanders ont surtout la capacité de livrer leurs meilleurs matchs face aux puissances du circuit.

«C’est évident que Matt a une grande part de nos succès cette saison, mais il faut dire aussi que les gars montent leur niveau de jeu contre les grosses équipes. Tout au long de la saison, on nous a considéré comme les underdogs. Notre succès, nous le devons beaucoup à notre éthique de travail. Et grâce à notre éthique de travail, nous croyons que nous serons en mesure de causer des surprises pendant les séries, m’a affirmé le futur représentant des Aigles Bleus de l’Université de Moncton.

«Nous sommes prêts pour les séries et nos trois derniers matchs de la saison sont pour nous de gros tests. Contre le Titan, ce sera important de mettre beaucoup de pression sur le défensive qui est vraiment très mobile», a ajouté le vétéran.

RAPHAËL LAVOIE BIEN COTÉ POUR 2019

Selon le magazine The Hockey News, l’attaquant Raphaël Lavoie, des Mooseheads, est le huitième meilleur espoir en vue du repêchage de 2019 dans la Ligue nationale.

L’Américain Jack Hughes est actuellement considéré comme le meilleur espoir pour cet encan.

LA LHJMQ PRODUIT ENCORE DE L’ÉLITE

On a beau nous chanter que la LHJMQ est l’enfant pauvre des trois circuits de la Ligue canadienne de hockey, il n’en demeure pas moins que leur élite parvient à s’illustrer drôlement.

Ainsi, on retrouve en ce moment 14 anciens représentants du circuit Courteau dans le top 55 des meilleurs pointeurs de la Ligue nationale.
Ils sont dans l’ordre Nikita Kucherov (34-54=88, 1er), du Lightning, Claude Giroux (25-57=82, 4e), Flyers, Nathan MacKinnon (32-49=81, 5e), de l’Avalanche, Sidney Crosby (23-53=76, 9e), des Penguins, Jakub Voracek (16-59=75, 12e), des Flyers, Brad Marchand (29-40=69, 16e), des Bruins, Jonathan Marchessault (22-43=65, 24e), des Knights, Sean Couturier (29-35=64, 27e), des Flyers, Jonathan Huberdeau (23-40=63, 30e), des Panthers, David Perron (16-46=62, 33e), des Knights, Alexander Radulov (25-35=60, 37e), des Stars, Patrice Bergeron (27-27=54, 51e), des Bruins, Yanni Gourde (24-30=54, 52e), du Lightning, et Nikolaj Ehlers (27-26=53, 55e), des Jets.

Ajoutez à ce groupe Mike Hoffman (19-28=47, 89e), des Sénateurs, Keith Yandle (6-40=46, 98e), des Panthers, Nico Hischier (14-29=43, 104e), des Devils, Anthony Mantha (23-18=41, 113e), des Red Wings, Kristopher Letang (6-35=41, 121e), des Penguins, et Derick Brassard (19-21=40, 125e), des Penguins, qui ont tous franchi le cap des 40 points.

Mathieu Perreault (16-21=37, 148e), des Jets, Pierre-Luc Dubois (15-22=37, 150e), des Blue Jackets, David Krejci (16-20=36, 156e), des Bruins, et Jonathan Drouin (11-23=34, 177e), du Canadien, ne sont pas très loin eux non plus.

Et devant les buts, Marc-André Fleury (2,15, ,930), des Knights, Corey Crawford (2,27, ,929), des Blackhawks, et Roberto Luongo (2,61, ,926), des Panthers, font tous trois partie de l’élite des meilleurs gardiens de la LNH.

C’EST ARRIVÉ UN 13 MARS

1990 – Guy Dupuis amasse trois mentions d’aide dans un revers de 7 à 5 des Olympiques de Hull devant les Draveurs de Trois-Rivières.

2003 – Chris Hodgson y va d’un doublé pour mener le Titan d’Acadie-Bathurst à un gain de 3 à 1 sur les Screaming Eagles du Cap-Breton.

2013 – Alex Saulnier récolte quatre passes et les Wildcats de Moncton ne font qu’une bouchée des Sea Dogs de Saint-Jean par la marque de 6 à 1.

LES ANNIVERSAIRES DE LA SEMAINE

13 – Ethan Crossman (19), Maximilian Glaessl (21), Will Smith (22), Charles Johnson (25), Steeve Vandal (39), Gaétan Royer (42), Michel Bolduc (57).

14 – Luke Gallant (28), Alexandre Monahan (30), Patrick Traverse (44).

15 – Thierry Comtois (25), François Caron (34), Simon Tremblay (38), Jean-François Fortin (39).

16 – Scott Oke (25), Martin Vagner (34), Patrick Gosselin (35), Louis Robitaille (36), Martin Duguay (37), Jonathan Coursol (40), Marc Rodgers (46).

17 – Noah Corson (20), Shawn Boudreau (24), Alexis Bernier (26), Alexandre Dulac-Lemelin (32), David Laliberté (32), Patrick Lebeau (48).

18 – Danny Elser (25), Jacob De Serres (28), Cole Fetzner (32), Benoit Lessard (33), Matthew Lombardi (36), Yannick Guay (37), Guy Carbonneau (58), Gilles Hamel (58).

19 – Mitchell Balmas (20), Jake Barter (21), Jérémie Blain (26), Maxime Robert (34), Alexandre Vigneault (38), Martin Lavergne (38).