Une décision difficile à comprendre

Même si les Wildcats de Moncton se sont fait joliment varloper par l’Armada de Blainville-Boisbriand au second tour des séries de la LHJMQ, difficile de ne pas parler d’un succès cette saison.

Personne ne les attendait en quart de finale.

Difficile, donc, de comprendre la décision de congédier le directeur des opérations hockey, Roger Shannon.

En 2016-2017, l’équipe de Darren Rumble était la risée de toute la ligue, avec notamment 24 défaites au cours de ses 25 dernières parties.

Des petits comiques ont dit qu’ils étaient tellement mauvais qu’ils ont même perdu la loterie pour le premier choix (au profit de l’Océanic de Rimouski).

Mais l’équipe du Nouveau-Brunswick a eu sa revanche sur celle du Bas-du-Fleuve au premier tour des séries cette saison.

Une victoire de 6 à 3 lors du match ultime a permis aux Wildcats de remporter la série et de réaliser la troisième plus grosse surprise de l’histoire des séries de la LHJMQ (31 points séparaient les deux équipes au classement).

Sauf que l’histoire a été fort différente face à l’Armada et c’est probablement ce qui a coûté le poste au directeur des opérations hockey.

La poussière est retombée et les casiers sont maintenant vides.

Qu’a-t-on appris cette saison?

Premièrement, il faut bien admettre que le gardien Mark Grametbauer a surpris beaucoup de monde cet hiver.

Le plan initial était de l’échanger aux Fêtes, mais son brio a forcé la main de la direction. Il devrait être un des meilleurs à sa position en 2018-2019 à l’âge de 20 ans.

Le défenseur Jonathan Aspirot n’a cessé de progresser depuis le début de la campagne. Tellement, qu’il est devenu un joueur essentiel à l’équipe de Darren Rumble.

Plusieurs pensent même que le patineur âgé de 18 ans pourrait bien intéresser quelques équipes de la LNH en juin. Il est ultra rapide, il a des bonnes mains, un tir foudroyant et sa robustesse fait de lui un joueur craint par l’adversaire.

Et en dehors de la patinoire, c’est un véritable gentleman.

On pourrait dire la même chose de la recrue Jakob Pelletier.

Si tout le monde n’en avait que pour Alexis Lafrenière (le 1er choix) au début de l’année, le troisième choix du dernier encan midget a montré qu’il savait aussi jouer au hockey. Le joueur québécois a connu une saison très intéressante en attaque (61 points en 60 rencontres), mais c’est surtout son ardeur au travail et son coeur au ventre qui ont épaté la galerie.

Il va dans les coins, il frappe, il va se salir le nez devant le filet et il est le premier à se replier en défensive. Il a marqué 23 buts, mais il en a probablement sauvé plus que ça avec son jeu défensif inspiré.

On parle ici d’une future vedette de la LHJMQ, et s’il prend quelques livres, d’un futur joueur joueur de la LNH.

On doit aussi parler de l’attaquant Jeremy McKenna. Le patineur âgé de 18 ans est devenu un marqueur redoutable, comme le prouvent ses 36 buts en 66 rencontres. L’athlète de l’Île-du-Prince-Édouard aura un rôle central à jouer chez les Wildcats au cours des deux prochaines années.

La saison 2018-2019 s’annonce donc fort intéressante pour les partisans de l’équipe, avec notamment le déménagement dans un nouvel aréna au centre-ville.