Une belle histoire

Quand, en décembre, nous ferons un retour sur 2018 et tenterons d’établir quelle équipe a su le plus nous émerveiller, il sera très difficile de passer à côté du Blizzard d’Edmundston. Quel succès! Quelle belle histoire!

Même si l’Attack de l’Atlantique est parvenu à mettre la main sur le championnat canadien de la Ligue nationale de ringuette à sa septième saison. Même si le Titan d’Acadie-Bathurst a atteint la finale de la LHJMQ pour la première fois depuis 2002 et pourrait remporter la coupe du Président et ainsi obtenir son billet pour le tournoi de la coupe Memorial à Regina, en mai.

Impossible d’égaler ce que le Nord-Ouest a pu vivre avec son Blizzard.

On savait que le déménagement des Commandos de Dieppe à Edmundston allait être une bonne chose, puisqu’il était devenu impossible pour cette équipe de survivre dans un environnement déjà hyper-saturé de hockey. On savait aussi que la nouvelle formation allait être capable de tirer son épingle du jeu, avec tous les vétérans qui ont accepté de poursuivre leur carrière dans cette aventure.

Mais de là à créer la Blizzardmanie…

Après une saison régulière absolument phénoménale (36-10-4, premier rang du classement de la Ligue de hockey des Maritimes), la troupe dirigée par Ryan Salvis a transposé ce bon travail en séries éliminatoires, éliminant tour à tour les Timberwolves de Miramichi en quatre matchs et les Western Capitals de Summerside en sept rencontres.

Et que dire de la finale! Les Mariners de Yarmouth ont été des adversaires coriaces, provoquant notamment trois prolongations sur les six duels.

Chez les partisans, ç’a été la folie. Le Centre Jean-Daigle a été rempli à pleine capacité dans les 17 dernières rencontres du Blizzard, sans oublier les quelque 800 amateurs qui ont assisté à la sixième partie face aux Mariners sur écran géant.

Et là, on y ajoute tous ces fans qui ont fait le voyage en autobus ou qui ont accueilli en héros leurs favoris à leur descente d’avion avec le trophée des champions, dans la nuit de mardi à mercredi.

Certes, le Blizzard connaîtra assurément des saisons plus difficiles. C’est la loi du hockey junior. Mais personne n’oubliera la campagne 2017-2018, non seulement en raison des résultats sur la patinoire, mais aussi parce qu’il s’est créé un engouement que l’on a rarement vu chez nous.

Imaginez maintenant un instant si Grand-Sault réussit son pari d’accueillir les Slammers de Woodstock…

Bravo aux joueurs, à l’organisation et aux partisans du Blizzard d’Edmundston. Ce succès est votre succès.

Le Roi Patrick

Dans une ligue en mal de vedettes qui attirent les foules dans ses arénas, le retour de Patrick Roy en tant que directeur général et entraîneur-chef des Remparts de Québec est peut-être la meilleure nouvelle qu’a pu entendre Gilles Courteau depuis fort longtemps!

Cet entraîneur chevronné et passionné, capable de faire monter la pression d’un match par sa seule présence charismatique, va assurément permettre aux équipes qui accueilleront les Remparts de vendre quelques dizaines de billets de plus.

La LHJMQ a bien besoin de ce gros coup de marketing. Elle en sera la grande gagnante par la bande. Le retour du Roi Patrick vaut 1000 fois toutes les campagnes de publicité… sans même avoir à débourser un sou.