Un soupir de soulagement

Ainsi, les deux meilleures équipes en saison régulière s’affrontent en finale de la LHJMQ. Dans les bureaux du commissaire Gilles Courteau, on doit être très heureux et, soyons francs, on a dû pousser un petit (gros?) soupir de soulagement mardi.

Que le Titan d’Acadie-Bathurst se frotte à l’Armada de Blainville-Boisbriand pour l’obtention de la coupe du Président était un scénario attendu. Une formation de la grande région de Montréal face à une autre des Maritimes démontre la force et la diversité du produit junior majeur dans l’est du pays.

Mais admettons également que cette série ultime, qui enverra assurément un excellent club nous représenter au tournoi de la Coupe Memorial à Regina dans quelques semaines, est pas mal plus facile à vendre auprès des médias québécois. En tous cas, certainement plus que si les Islanders de Charlottetown étaient parvenus à remporter le septième match de leur demi-finale devant la troupe de Joël Bouchard.

Toutes les rencontres seront diffusées sur les ondes de TVA Sports 2 et, afin d’accommoder la chaîne spécialisée, les matchs à Bathurst de mardi et de mercredi débuteront à 19h30, c’est-à-dire 18h30 au Québec.

Il fallait bien que la LHJMQ se plie aux exigences du diffuseur, compte tenu de la vitrine exceptionnelle que cette finale obtiendra, même si elle sera quelque peu noyée à travers les séries éliminatoires de la coupe Stanley.

Même si cela signifie aussi que ces changements se feront au détriment de médias locaux comme l’Acadie Nouvelle. C’est vrai que les lecteurs du Quotidien de Chicoutimi n’attendent que ça… (sarcasme)

Restera maintenant à voir si cet affrontement remplira ses énormes promesses. Tous les ingrédients sont là pour nous donner un beau spectacle: deux très bons gardiens, une défensive hors pair à Bathurst mené par Noah Dobson, un futur choix de première ronde de la LNH en juin à Dallas, contre une attaque explosive à Blainville-Boisbriand avec Alexandre Alain, Alex Barré-Boulet et Drake Batherson… Ça, ce sont les paramètres que l’on connaît.

Alors, il ne serait aucunement surprenant que la formation qui sortira vainqueure sera celle qui saura le mieux gérer les impondérables.

Des impondérables, il y en a deux majeurs. Il y a d’abord l’inactivité du Titan, qui n’a pas joué depuis près de 10 jours à la suite de son balayage face aux Tigres de Victoriaville en demi-finale. Un repos qui se veut un couteau à deux tranchants. Certes, les joueurs ont pu guérir de petits bobos habituels en séries, mais il faudra combien de temps à la troupe de Mario Pouliot pour chasser la rouille? Une période? Un match? Deux? Sera-t-il alors déjà trop tard?

L’autre vient de la machine à rumeurs qui s’est emballée depuis quelques semaines concernant l’entraîneur-chef Joël Bouchard, que plusieurs voient dans la soupe du Canadien de Montréal. Ces suppositions surviennent à un bien mauvais moment pour l’Armada, qui se serait bien passé de cette distraction autour de l’équipe. Gérer ces qu’en-dira-t’on en octobre n’a pas le même effet qu’à quatre victoires potentielles de la Coupe du Président…

Bouchard aura beau claironner que toute sa concentration est fixée sur son équipe junior, les médias québécois épieront chacun de ses faits et gestes dans les prochains jours, juste au cas où… D’un autre côté, en attirant toute cette attention, Bouchard libère ainsi ses joueurs d’une tonne de pression, ce qui pourrait avoir un certain rôle à jouer dans le dénouement de cette série.

Ma prédiction? J’espère que nous aurons du hockey à la hauteur des attentes. Pour le reste, que la meilleure équipe gagne.