Les bras d’une mère

Serge ComeauChroniques

Demain, ce sera la fête des Mères. Une occasion de leur dire notre amour. Une occasion de célébrer la vie avec elles. De les prendre dans nos bras comme elles l’ont fait pour nous.

Chaque semaine, j’accueille des mamans aux portiques de nos églises. Chacune d’elle arrive avec ce qu’elle a vécu pendant la semaine. Ses joies, ses peines et ses inquiétudes.

Chacune d’elle arrive aussi avec ses enfants qu’elle apporte et porte – mystérieusement – dans sa prière de mère. Je le sais parce qu’il arrive à l’une ou l’autre de me confier une intention de prière pour quelqu’un de sa descendance. Je me suis souvent demandé si les enfants savent la valeur de la prière de leur mère ou de leur grand-mère.

+  + +

Presque chaque semaine, j’accueille aussi à la porte de l’église une maman qui a rejoint l’autre rive. Parfois, elle est portée par ses enfants (parfois trop jeunes!). Ces derniers font alors pour leur mère ce qu’elle-même a fait pour eux: l’offrande d’une vie dont Dieu saura prendre soin.

Il m’arrive aussi d’accueillir des mamans qui tiennent leur nouveau-né dans leurs bras pour le présenter au baptême. Une mère qui tient son enfant dans ses bras, c’est une scène touchante. C’est quelque chose d’important et d’immense. Dans ses bras se tient la continuité de sa vie. Son avenir est dans un enfant, plein de vitalité et de promesses.

Les enfants permettent à leur mère de réaliser un des rêves humains les plus fous: celui de l’immortalité. Les enfants pourront poursuivre l’œuvre de leur mère. Grâce à ses enfants, elle ne mourra jamais. D’autres vont continuer à la faire vivre… même après sa mort. À cause des enfants, il y a un renouveau, quelque chose qui va de l’avant.

Chez ces nouvelles mamans qui viennent faire baptiser leur enfant, il doit y avoir, secrètement, une prière pour elles-mêmes: qu’elles puissent être une bonne maman. Parce que c’est l’œuvre d’une vie d’être mère. Un défi si grand qu’aucune femme ne peut se dire prête à l’assumer sans crainte. Cela s’apprend au jour le jour.

+  + +

À l’entrée de l’église, j’accueille aussi celles qui accompagnent leurs enfants à la messe et à la catéchèse. Cette semaine, je suis allé à la rencontre de l’une d’entre elles: Cindy. Infirmière de profession, elle connaît les défis de la maternité. Elle travaille au jour le jour avec de futures mamans, des nouveau-nés et avec celles qui font leurs premiers pas dans leur rôle de mère. Plus que ses connaissances académiques, c’est son expérience qui l’aide à comprendre et à soutenir les nouvelles mamans.

Elle a deux enfants: Lorie-Ève et Noah.

Lorsque je lui ai demandé ce que la maternité avait changé dans sa vie, elle a répondu spontanément «Tout! Pour le mieux!» La joie d’être mère se lisait sur son visage. Cindy a toujours aimé l’enfance. Ses propres enfants lui permettent de plonger dans cette période de la vie faite de découvertes constantes et d’émerveillement.

C’est consolant d’être témoin de l’amour des mères. En devenant le centre de leur vie, les enfants donnent à leur mère de se centrer sur l’essentiel et de nous le révéler: l’amour jusqu’au don de soi.

Et lorsque j’ai demandé à Lorie-Ève ce que sa mère représentait pour elle, l’image qui lui est venue à l’esprit est une pieuvre: «Une mère a plein de bras. Elle peut tout faire en même temps. C’est une grosse responsabilité. Mais pour ma mère, ça semble le fun.» C’est aussi consolant de voir la gratitude des enfants pour leur mère.

+  + +

Aujourd’hui, les mères sont un antidote puissant face à l’individualisme. Ce sont elles qui témoignent de la beauté de la vie. Elles savent témoigner toujours, même dans les moments graves, de la tendresse, de l’acceptation et de la force morale.

Les mamans en ont souvent plein les bras. Elles ont les enfants dans leurs bras. Ensuite leurs projets et leurs inquiétudes. Au travail, elles transportent du matériel parfois lourd. En pays de guerre, elles ont parfois des armes dans les bras. Demain, c’est à notre tour de leur remplir les bras. Avec des fleurs. De l’amour, de la lumière. Et le parfum d’une présence.