Un entraîneur des gardiens fier et ému

Dave Kennedy est devenu dimanche le premier entraîneur des gardiens de l’Acadie à remporter la coupe Memorial. Un exploit d’autant plus mérité que le Dieppois âgé de 30 ans a joué un rôle important dans le retour en forme d’Evan Fitzpatrick après un long passage à vide dans l’organisation du Phoenix de Sherbrooke.

Je vous rappelle qu’ils étaient nombreux les sportifs de salon à dire que le directeur général Sylvain Couturier venait de troquer un dollar pour quatre pièces de 25 sous en allant chercher Fitzpatrick en retour de Reilly Pickard. Ceux-là, par contre, ça fait un bout que nous ne les avons pas entendus.

Le grand gardien s’est d’abord forgé une moyenne de buts alloués de 2,24 et un taux d’arrêts de ,915 pendant ses 21 parties de saison régulière avec le Titan. Il a fait encore mieux dans les séries éliminatoires en maintenant une moyenne de 2,10 et un taux d’efficacité de ,925.  Et enfin, à la coupe Memorial, Fitzpatrick a complété le tournoi avec une moyenne de 2,96 et un taux d’arrêts de ,906.

Bref, rien à voir avec le gardien brisé mentalement dont Dave Kennedy a hérité en janvier.

«Nous sommes retournés à la base aussitôt qu’il est arrivé ici, m’a affirmé Kennedy. Nous avons également eu plusieurs discussions. Cela dit, ça prend une bonne personne pour être capable de faire ce qu’il vient d’accomplir. C’est pas tout le monde qui peut y arriver.»

«Quand ils m’ont dit que j’allais travailler avec un choix de deuxième ronde dans la Ligue nationale, je ne savais pas trop à quoi m’attendre. Evan, je ne le connaissais pas. Il est arrivé et nous avons aussitôt commencé à travailler sur sa confiance. C’est venu assez rapidement. En passant, j’étais content qu’il reçoive un tas de lancers dans la troisième période. Ça lui a permis de prouver à tout le monde qu’il n’était pas un coup de chance. Il a réalisé plusieurs arrêts importants. C’était incroyable», m’a-t-il raconté.

Visiblement fatigué, comme tout le monde dans l’entourage du club, Dave Kennedy m’a confié qu’après une si longue absence il avait hâte d’être dans ses affaires à la maison.

«J’ai juste hâte de m’asseoir sur mon sofa afin de pleurer en regardant la troisième période et en répondant à mes nombreux textos», m’a-t-il lancé avec un large sourire.

DEUX RÉACTIONS TOUCHANTES

Un ex-joueur et le fils d’un ancien employé m’ont tous deux envoyé un texte touchant à la suite de la conquête de la coupe Memorial par le Titan, dimanche.

Matthew Doherty, ex-défenseur du Titan, 2000 à 2003:

Drew, fils de l’ancien défenseur du Titan Matthew Doherty, à côté du chandail que son père a porté à Acadie-Bathurst. – Gracieuseté

«Quand je repense aux deux derniers mois qui se sont terminés par un championnat canadien, je constate que certaines choses ont particulièrement retenu mon attention. Par exemple, le succès du Titan est parvenu à réunir toute la région. Pas seulement Bathurst et ses environs, mais bien toute la partie nord-est de la province. À tous ces partisans, je vous invite à revenir. Plus il y a de gens dans l’aréna, plus cela permet à l’équipe d’avoir les ressources financières pour être compétitive. Aux joueurs, je tiens à vous dire que c’est le hockey le plus excitant que j’ai jamais vu. Soyez fiers de votre accomplissement. Vous êtes les meilleurs au Canada. J’ai toujours été fier d’avoir joué pour mon équipe locale et j’ai toujours été fier de ma région. Mais aujourd’hui, avec cette Coupe Memorial, je suis encore plus fier. Go Titan Go!!!!»

Nathan Dimitroff, humoriste et fils de l’ancien directeur du marketing Earl Dimitroff, aujourd’hui décédé:
«Dimanche, j’étais au Bootlegger de Bathurst, entouré d’anciens fans et des nouveaux. En fait, des fans tout court. L’ambiance était telle qu’elle aurait pu faire baver d’envie d’anciennes saisons de l’équipe au Centre K.-C.-Irving. Puis en fin de première période, il y a un le premier but. Les gens étaient heureux, mais restaient méfiants. Il faut se rappeler que les Pats de Regina sont l’équipe qui nous a fait suer plus tôt la semaine dernière en surmontant presque un déficit de 7 à 2 en troisième période. Quand le deuxième but a été marqué, ç’a presque fait exploser la cabane. Mais quand même, anything est toujours possible. Moi je suis ému. Sauf que la peur est toujours là. Présente. Après le but dans un filet désert d’Ethan Crossman (ce gars-là a été mon joueur préféré en deuxième moitié de saison), j’ai regardé ma copine avec mes mains ensemble et j’ai dit:  »Dad »! J’ai pleuré. J’ai pleuré en me rappelant à quel point il avait toujours cru dans l’équipe. Les Nick Laplante, Mathieu Perreault, Thomas Beauregard, Adam Russo, qui a déjà été en couple avec ma sœur, Ondrej Latal, Janis Sprukts, Gregor Baumgartner, les trois Bergeron (Remi, Antoine et Patrice), Olivier Filion, Philippe Ozga…, ils étaient pas mal ses préférés. Mais moi j’ai aussi pensé à Sly, Sylvain Couturier. Il a vécu beaucoup de bas et une couple de hauts ces dernières années. Mais là, Sly doit être sur un fucking high! Mais pour revenir à mon père, il voulait tellement les voir lever la coupe Memorial. Dimanche, je l’ai vu de mes yeux et j’ai eu des larmes pour deux. En écrivant ceci, j’ai aussi une pensée pour Gilles DeGrâce et à d’autres journalistes comme toi Robert! Mais c’est surtout à Gilles et à sa description des trois dernières minutes du match de dimanche que je pense. Aaaaayyyyooooyyeee!!!!»

LE 62e CAPITAINE AURA ÉTÉ LE BON

Depuis les débuts de la concession en 1969-1970, les nouveaux champions de la coupe Memorial ont été à tour de rôle (et de déménagements) le National de Rosemont, le National de Laval, les Voisins de Laval, le Titan de Laval, le Titan du Collège Français de Laval et enfin le Titan d’Acadie-Bathurst.

Et pendant toutes ces saisons, pas moins de 61 joueurs ont eu le privilège de devenir le capitaine de l’équipe avant d’en arriver à celui qui allait lui procurer une première Coupe Memorial.

Jeffrey Viel, le 62e capitaine dans l’histoire de la concession, aura donc réussi là où des gars comme Yvon Vautour, Michael Bossy, Alain Grenier, Mario Lemieux, Claude Lapointe, Martin Lapointe, Denis Chalifoux, Martin Fillion, Bruno Gervais et Mathieu Perreault, entre autres, n’ont pas été en mesure d’y arriver.

Voici la liste des 61 premiers capitaines: Jean Martel, Yves Brossoit, André Péloffy, Yvan Rolando, Michel Boudreau, Raynald Tremblay, Robert Fee, Maurice Gervais, David Logan, Jean Trottier, Yvon Vautour, Michael Bossy, Louis Lavoie, Mario Tardif, Guido Famulare, Michel D’Amboise, Alain Grenier, Marc-André Cabana, Michel Lacasse, Yves Courteau, Mario Lemieux, Michel Caron, Steven Finn, Michel Mongeau, Sylvain Lefebvre, Jacques Pinet, François Guay, Claude Lapointe, Éric Dubois, Carl Mantha, Denis Chalifoux, Benoit Larose, Éric Veilleux, Martin Lapointe, Marc Beaucage, Sylvain Blouin, David Haynes, Patrick Boileau, Benoit Gratton, Frédérick Jobin, Hugo Bertrand, Dominic Perna, Martin Fillion, François Beauchemin, Jean-Sébastien Trudelle, David Comeau, Tyler Reid, Bruno Gervais, Sébastien Morissette, Nicolas Laplante, Ryan Seymour, Jordan Clendenning, Mathieu Perreault, Spencer Jezegou, Éric Faille, Jérémie Malouin, Jérémie Blain, Christophe Losier, Brandon Hynes, Raphaël Lafontaine et Guillaume Brisebois.

FRANCIS FIER DE SES RACINES

Vous le savez aussi bien que moi, Elijah Francis a dû traverser une tonne d’épreuves avant de savourer la conquête de la coupe Memorial, dimanche, à Regina. On parle ici d’un joueur qui a raté aussi bien dire deux pleines saisons en raison de sévères commotions cérébrales.

En fait, jusqu’à la fin de l’été dernier, lui-même ignorait s’il serait encore en mesure de jouer au hockey avec contact. C’est vous dire à quel point le jeune homme d’Elsipogtog est reconnaissant envers les moments de grâce que la vie lui a permis de vivre ce printemps.

D’autant plus que les derniers mois lui ont permis d’associer son nom à jamais avec deux légendes locales, Everett Sanipass et Trey Lewis. Les trois hockeyeurs d’Elsipogtog ont tous trois remporté la coupe du Président puisque Sanipass et Lewis l’ont fait respectivement en 1985 (Verdun) et en 2013 (Halifax). Et en mettant la main sur la coupe Memorial, Francis a réalisé le même exploit que son bon ami Lewis en 2013 avec les Mooseheads.

«C’est incroyable d’être associé à deux gars comme eux. C’est un honneur», m’a affirmé le numéro 45 du Titan, lundi.

VIEL ET DOBSON, SELON POULIOT

Marc-André LeCouffe, de Tracadie, et le capitaine du Titan d’Acadie-Bathurst, Jeffrey Viel. – Acadie Nouvelle: Robert Lagacé

Vendredi, j’ai réalisé une longue entrevue avec l’entraîneur-chef Mario Pouliot. Comme cela m’arrive souvent, beaucoup de choses qui ont été discutés n’ont pas été publiés en raison d’un manque d’espace. Je vous offre aujourd’hui quelques bribes de notre conversation alors que je l’avais invité à m’en dire plus long sur le capitaine Jeffrey Viel et le défenseur Noah Dobson.

«Jeff, j’ai appris à le connaître parce qu’il a joué son midget AAA avec les Gaulois (Collège Antoine-Girouard, où il a dirigé l’équipe pendant plusieurs années). J’avais donc obtenu beaucoup d’informations à son sujet au fil du temps», m’a-t-il raconté.

«J’ai aussi travaillé avec lui sur la patinoire pendant l’été, alors que je m’occupais de joueurs midget AAA et junior majeur. J’ai appris à le connaître. Quand j’ai parlé de Jeff avec Sylvain après mon embauche (mai 2014), je lui ai dit que les gens ne voyaient seulement en lui qu’un joueur robuste. Moi, je savais qu’il avait aussi une certaine touche offensive et qu’il était capable de faire des jeux. C’est à partir de là que Sylvain a décidé d’aller le chercher», m’a-t-il confié au sujet du capitaine.

«Ce que j’aime avec Jeff c’est qu’avec lui il n’y a pas de demi-mesure. Il sait quand il a joué un mauvais match et il n’est pas le genre à se conter des menteries. Quand on s’assoit ensemble, c’est noir ou blanc. Il n’y a pas de zone grise. C’est comme ça que nous fonctionnons. C’est un gars que je consulte beaucoup pour avoir le pouls de l’équipe, ou encore pour savoir ce qu’on pourrait faire comme activité. Quand tu as la chance d’avoir un gars mature comme lui, en plus des autres vétérans dans l’équipe, c’est la moindre des choses que tu t’en serves. Il faut qu’ils soient mis à contribution», qu’il m’a souligné.

En ce qui concerne Dobson, Mario Pouliot m’a révélé qu’il lui rappelait énormément Kristopher Letang, tant par sa façon de jouer que par sa personnalité.

«C’est incroyable comme Dobby me fait penser à Kristo. Dobby possède une énorme confiance en ses moyens et il est d’un calme olympien. Comme Kristo, il a le don de bien se servir de ses qualités. Mais là où Dobby ressemble le plus à Kristo c’est au niveau de la personnalité. Pour faire ce qu’ils font tant sur la patinoire qu’à l’extérieur, ça prend des gars avec un tempérament spécial», dit-il.

LES ANNIVERSAIRES DE LA SEMAINE

29 mai – Samuel Duchesne (19), Robbie Burt (19), Anthony Wojcik (20), Brandon Thibeau (25).
30 mai – Paul Dimitruk (28), Olivier Dame-Malka (28), Steve Bellefleur (32), Jason Cormier (33), Francis Lessard (39).
31 mai – Olivier Desjardins (21), Samuel Sirois (24), Michaël Bournival (26), Benjamin Lecomte (28), Bruce Crawford (30), Murdock MacLellan (30), Nicolas Blanchard (31), Éric Cloutier (36), Marquis Mathieu (45), Jean Lemieux (66).
1er juin – Cody Drover (23), Julien Lavoie (34), Mathieu Bétournay (35), Ladislav Nagy (39), Serge Boisvert (59).
2 juin – David Weckworth (25), Martin Bartos (30), Patrick Leask (32).
3 juin – Filip Chlapik (21), Alexandre Gauthier (24), Olivier Painchaud (29).
4 juin – Ben Reid (19), Jonathan Huberdeau (25), Shane Owen (28), Pavel Borysenko (31), Pierre-Luc Létourneau-LeBlond (33), François Beauchemin (38), Philippe Audet (41).