Blaine Higgs et la carte linguistique

Blaine Higgs a fait siller les oreilles de bien des francophones la semaine dernière en démontrant une fois de plus qu’il ne valorise pas beaucoup les droits linguistiques.

Lors d’une manifestation d’ambulanciers à St. Stephen, le chef progressiste-conservateur a dit vouloir faire passer les autres compétences professionnelles devant le bilinguisme lorsque la province tente de pourvoir des postes (même ceux qui sont désignés bilingues).

Cela n’est pas surprenant de la part de ce politicien unilingue qui a déjà été vertement opposé au bilinguisme officiel. Mais c’est tout de même intéressant de voir qu’il est prêt à tenir de tels propos si ouvertement.

À trois mois des prochaines élections, doit-on voir là un signe qu’il va s’aventurer sur le terrain glissant des droits linguistiques lors de la campagne?

Qu’on le veuille ou non, il peut marquer des points auprès d’une certaine partie de la population (et dans bon nombre de circonscriptions) en véhiculant l’idée que les droits linguistiques sont négociables.

Je le vois régulièrement dès je me retrouve à l’extérieur de ma petite bulle francophone toute douillette, composée de gens qui pensent pareil.

Je n’ai pas à aller bien loin à Moncton ou ailleurs dans la province pour tomber sur des anglophones et des francophones qui ne voient pas l’importance des droits linguistiques et qui sont parfois même frustrés par l’état des choses.

Et je ne parle pas d’extrémistes qui rêvent secrètement que les Acadiens soient déportés à nouveau.

Ce sont simplement des modérés qui, pour toutes sortes de raisons, ne comprennent pas pourquoi les francos ne sont pas plus conciliants.

Aujourd’hui, Blaine Higgs doit se douter qu’il peut mettre les libéraux dans une position délicate en jouant la carte linguistique. Parce qu’il les forcera à faire un choix déchirant; défendre les droits linguistiques (et se mettre à dos certains anglophones) ou ne rien dire (et se mettre à dos certains francophones).

Il s’agit d’une stratégie risquée, mais qui peut être attrayante. Surtout pour un parti qui peine à se démarquer depuis quelques mois malgré les nombreuses bourdes du parti au pouvoir.