Plénitude

Mélanie CôtéChroniques

«La gratitude nous dévoile l’abondance de la vie.» – Melody Beattie

Alors qu’il se promenait dans un parc, un sage rencontra une étrangère.

– Je suis nouvelle dans cette région. Comment sont les gens d’ici?

– Là d’où vous venez, comment étaient les gens?

– Les gens étaient égoïstes et insolents!

– Ah! c’est ce que vous trouverez ici également.

Un peu plus tard, le sage rencontra une autre étrangère.

– Je viens de déménager ici. Comment sont les gens dans ce coin de pays?

– Comment étaient les gens de la région d’où vous venez?

– Gentils, généreux… de très bonnes personnes!

– Bien, c’est ce que vous trouverez ici également.

Ce conte du Dr Wayne Dyer me rappelle que nous avons le pouvoir de percevoir les choses de la façon que nous voulons et que ces perceptions affectent directement notre vie. Les deux, les «bonnes» choses et les «mauvaises» choses, sont présentes autour de nous: tout dépend de ce que nous remarquons et relevons. Si nous notons constamment ce qui est désagréable autour de nous, c’est ce que nous chercherons (inconsciemment bien sûr) et c’est ce que nous trouverons. En revanche, si nous soulignons ce qui est agréable autour de nous, c’est ce que nous verrons et c’est ce que nous attirerons.

Le manque

Il est toujours, toujours, TOUJOURS possible de trouver quelque chose qui ne va pas dans notre vie, quelque chose qui manque. En effet, c’est facile comme tout de faire ressortir ce qui manque, de nous concentrer sur ce qui manque et de ressentir ce manque au tréfonds de notre être.

Cette pensée me fait fredonner la chanson de Christophe Maé: «Il est où le bonheur?» Nous recherchons activement le bonheur, comme s’il était perché en haut d’une montagne. Enfin, tant que la sensation du manque est forte chez nous, notre insatisfaction éloignera ce bonheur.

La plénitude

Mais, comment donc ressentir la plénitude? En faisant le contraire de ce que je mentionnais pour le manque. Il s’agit de trouver ce qui nous comble dans notre vie: nous pouvons faire ressortir ce qui est abondant, nous concentrer sur le bon et ressentir la plénitude dans notre tréfonds. Eh oui, si nous voulons vraiment trouver quelque chose dans notre vie qui nous emplit intérieurement, nous pouvons toujours le trouver. Même dans les moments difficiles.

Et si nous visions la plénitude? J’y inclus la sérénité, la paix intérieure, la gratitude, l’altruisme: des états d’âme qui semblent solides et durables. Nous chercherions donc à nous accomplir dans notre monde intérieur, à faire le plein en soi.

Je suis d’accord avec Christophe Maé lorsqu’il avance, dans sa chanson, que le bonheur ne fait pas de bruit. Effectivement, le sentiment de plénitude ne s’annonce pas en fanfare – mais il mène au bonheur.

Sachons que la vie comble nos besoins!

Défi de la semaine: Entretenez des pensées de gratitude et de contentement. Prenez conscience de la sensation de plénitude qui s’approche tout doucement de vous.

J’invite respectueusement vos partages et questions.