Au pied du mur

J’attends le plombier. Il va passer aujourd’hui, je ne sais pas à quelle heure. Il va téléphoner un peu avant de venir.

Je lui en dois une à ce plombier-là. Je refais appel à lui parce qu’il m’a bien aidé la première fois. Il s’appelle Raymond Losier, de A à Z Plomberie, de Chiasson Office. J’avais vu sa petite annonce dans l’Acadie Nouvelle.

Il arrive. Je le reconnais à peu près, et lui moi. Nous parlons de ci, de ça. Ses affaires marchent bien. Ils sont deux équipes et il vend aussi du matériel maintenant.

Cette fois je sais clairement ce que je veux, c’est-à-dire la base: une salle de bain (évier, douche, toilette) un évier de cuisine, un réservoir d’eau chaude et une sortie d’eau à l’extérieur.

– Les prix ont skyrocketté, tu sais.

– Oui, je sais.

Il note, compte ses pas, mesure l’espace dans un sens puis dans l’autre. Je lui dis que je l’ai rappelé parce que je l’avais trouvé gentleman en se démenant dans la vase, il y a quatre ou cinq printemps. (Saviez-vous que l’eau monte de partout dans le sol à Sainte-Anne-du-bocage? Est-ce cela un bocage, un sol imbibé?)

Nous finissons par nous entendre, il va me revenir avec un prix. Et il me rappelle en partant:

– Mais c’est comme je te dis, les prix ont explosé! Tout! Tout a monté. Le pétrole, le cuivre, (il en rajoute)… C’est pas croyable! Vraiment, je sais pas comment ben du monde fait pour survivre!

Il y a de l’alarme dans son regard. Je me dis que les travaux vont certainement coûter plus cher que je pensais. Se retournant pour revoir le bâtiment avant de partir, il ajoute:

– Pis… faudra que tu bâtisses des murs…

– Oui, je coordonne ça…

Nous nous saluons, il repart.

Oui, bâtir des murs. C’est là-dessus que nous nous étions quittés la dernière fois, et ensuite les choses se sont un peu arrêtées. C’était le dilemme à ce moment-là: où ériger des murs?

Et vous, combien cela va-t-il m’en coûter, pensez-vous?