Oublions…

Mélanie CôtéChroniques

Dans cette dernière chronique avant d’être en vacances, à l’instar des années dernières, je vous offre onze «anti-conseils» (terme inventé que j’affectionne) tirés de l’amalgame de mes chroniques des onze mois précédents. Onze astuces à remettre en question, à effacer, à oublier ou à carrément éliminer.

1. Oublions de toujours dire oui

Si nous ne savons pas dire non, nous nous épuiserons ou nous sentirons que l’on profite de nous. Choisissons plutôt d’énoncer notre vérité et de respecter notre intégrité. Nos «oui» seront moins fréquents, mais ils seront sincères et remplis de pure bienveillance.

2. Oublions de ressentir un vide spirituel

Interrogeons-nous sur notre existence, découvrons notre propre spiritualité et puisons dans le réservoir d’énergie universelle. Prier à sa façon – s’intérioriser et prononcer des paroles de bienveillance et de reconnaissance – est source de sérénité.

3. Oublions de nous asservir au système de santé

Nos hôpitaux vont bientôt devenir des gratte-ciel. Prenons notre santé en main, écoutons les messages de notre corps, observons nos émotions, tentons d’équilibrer nos conflits intérieurs, etc. La véritable guérison a lieu lorsque notre être est en harmonie.

4. Oublions de compliquer l’enfance

Nous construisons nos familles modernes sur l’excès: trop d’activités à l’horaire, trop de biens matériels, trop de choix, etc. Simplifier la vie des enfants permet à ceux-ci d’avoir le temps et l’aisance d’explorer le monde et de se découvrir eux-mêmes.

5. Oublions d’accorder la priorité au développement économique

Il est possible de vivre dans des municipalités saines qui prennent des engagements écologiques durables. Encourageons nos municipalités à donner la priorité au mieux-être et à l’environnement, puis à se déclarer «vertes».

6. Oublions de juger les autres

Nous pouvons avoir des opinions, naturellement; or, rappelons-nous que nous ne détenons pas la vérité absolue. Avant de juger quelqu’un, réfléchissons. Avons-nous marché une vie entière dans ses souliers? Pouvons-nous remplacer notre jugement par une pensée de bienveillance?

7. Oublions de gâter nos enfants

Si nous traitons les enfants avec une extrême indulgence, il sera difficile pour eux de développer leur ténacité ou de se dire satisfaits. Accorder aux enfants tout ce qu’ils veulent n’est pas synonyme d’aimer.

8. Oublions d’être dépendants affectifs

J’ai l’habitude de dire que la meilleure façon de poser les fondations de sa propre vie est de développer un amour de soi robuste, bien construit. Cet amour comprend la connaissance de soi, l’acceptation de soi ainsi que le respect de soi.

9. Oublions de respirer superficiellement

Il est bon de respirer consciemment, concentrant notre attention sur l’air qui entre et qui sort, à un rythme propre à nous, quelques fois par jour, pour augmenter l’équilibre et la vitalité dans notre vie. Les bénéfices en sont incalculables.

10. Oublions d’être sérieux

Rire nous permet d’évacuer les tensions, de soulager les douleurs, d’activer le système immunitaire, d’être plus énergique, de stimuler le métabolisme, de fortifier les organes, de nouer des liens avec les autres, de secréter des «hormones du bonheur» et bien plus.

11. Oublions ce qui nous manque

Comment ressentir la plénitude? Il s’agit de trouver ce qui nous comble dans notre vie: nous pouvons faire ressortir ce qui est abondant, nous concentrer sur le bon et ressentir la plénitude dans notre tréfonds. Même dans les moments difficiles.

* * *

Je vous remercie chaleureusement, chers lecteurs. Nous nous retrouvons en septembre!

Créons-nous de vacances simples et spéciales!