Des stratégies électorales contrastées

Avant même le déclenchement des élections provinciales, le 23 août, les partis politiques se sont activés dans les réseaux sociaux pendant plusieurs semaines.

On peut y constater que les libéraux ont décidé de tout miser sur leur chef Brian Gallant. Les clips vidéo montrent Brian Gallant présentant le bilan de son gouvernement avec en arrière-plan diverses personnes anonymes. Le site web du parti libéral invite la population à apprendre à connaître «Brian».

Lorsque l’on clique sur le lien «Rencontrez Brian», on peut y voir une photo de celui-ci avec sa conjointe et leur chien. D’emblée, on y apprend que «le premier ministre est issu d’un milieu modeste».

À première vue, il est surprenant de constater que la stratégie électorale des libéraux tourne autour de leur chef alors que celui-ci, sondage après sondage, est moins populaire que le Parti libéral. Lors du dernier sondage Angus Reid sur la cote de popularité des premiers ministres provinciaux au Canada en mars dernier, Brian Gallant figurait dans ce palmarès dans le bas du peloton tout juste devant la première ministre de l’Ontario Kathleen Wynne.

On connaît le sort réservé à celle-ci par les électeurs de l’Ontario lors des élections de juin.

Les progressistes-conservateurs pour leur part ont une stratégie électorale qui met en avant «L’ÉQUIPE HIGGS». On peut visionner sur les médias sociaux des clips où Blaine Higgs y prend la parole suivie de plusieurs candidats, tant francophones qu’anglophones. On se rappelle que Blaine Higgs n’avait pas beaucoup d’appuis dans le caucus des députés progressistes-conservateurs lorsqu’il s’est présenté à la chefferie du parti en novembre 2016.

Lui aussi, sondage après sondage est moins populaire que le parti progressiste-conservateur. La décision de miser sur «L’ÉQUIPE HIGGS » apparaît tout à fait judicieuse.

Les libéraux semblent compter sur la popularité de Brian Gallant et le bilan de son gouvernement pour leur réélection. Les progressistes-conservateurs présentent Blaine Higgs entouré d’une équipe prête à gouverner la province en cas de victoire le 24 septembre.