Redémarrer la machine

Fin août. Les vacances sont terminées. Il a fait si beau que des étés comme ça, on en prendrait à la tonne. Mais là, septembre cogne à nos portes. On compte les minutes avant la rentrée scolaire. Il est temps de redémarrer la machine, à la veille d’un automne qui s’annonce fort intéressant sur la scène sportive.

Les sujets ne manqueront pas, c’est certain.

À commencer par le hockey – évidemment! – et le Titan d’Acadie-Bathurst. Le champion de la coupe Memorial entamera la défense de son titre national dans moins d’un mois. Parviendra-t-il à poursuivre cette cadence? L’équipe chutera-t-elle brusquement de son beau nuage sur lequel elle se promène depuis trois mois? Les amateurs et les partisans continueront-ils d’appuyer cette formation avec autant d’intensité que pendant les séries éliminatoires du printemps?

La direction a récemment promis une participation aux séries éliminatoires. Entre vous et moi, ce n’est pas une déclaration très risquée, dans un circuit qui utilise un calendrier de 608 matchs pour éliminer seulement deux des 18 équipes…

Que feront les Wildcats de Moncton? Arriveront-ils à transformer leur déménagement dans le nouvel amphithéâtre, dont l’ouverture est incessante, en un succès sur la patinoire? Les années de vaches maigres sont-elles derrière eux? Mika Cyr saura-t-il mener les Chats sauvages vers la respectabilité?

Le Blizzard descendra-t-il sur terre après sa première saison miraculeuse à Edmundston? L’organisation saura-t-elle négocier adroitement cette deuxième campagne déjà entachée par l’affaire Alexandre Bernier, accusé de possession de cocaïne? Comment se comporteront les Rapides de Grand-Sault, ces petits nouveaux qui comptent sur l’engouement du hockey des Maritimes dans le Nord-Ouest, et les Tigres de Campbellton, dont la survie dans le Restigouche revient régulièrement dans l’actualité?

Qu’adviendra-t-il des Flyers de Moncton, toujours bien nantis de joueurs talentueux, et du Moose du Nord, toujours à combattre la compétition souvent inégale de la part des clubs québécois ou des écoles au niveau midget majeur?

N’oublions pas le sport universitaire dans tout ça. Au hockey masculin, les Aigles Bleus connaîtront-ils une meilleure campagne de celle désastreuse de 2017-2018? Ça ne sera pas difficile de faire pire, pensez-vous. Nous sommes d’accord là-dessus. La dernière saison en était une de transition. Mais là, les victoires devront être plus nombreuses.

Et chez les filles, comment s’opérera la transition à la suite du départ de l’entraîneur-chef Denis Ross? Arriveront-elles à marquer des buts?

Au soccer, verrons-nous enfin la lumière au bout du tunnel, après cinq saisons d’exclusion des séries éliminatoires, autant chez les garçons que chez les filles? En athlétisme, le succès des deux dernières années se poursuivront-ils? Des podiums en cross-country sont-ils envisageables? Et en volleyball féminin, comment ça va se passer?

Il faut également ajouter l’Attack de l’Atlantique, de la Ligue nationale de ringuette. Ou encore la situation dans les différents circuits de hockey senior. Si Acadie-Chaleur apparaît poursuivre sa bonne veine, peut-on en dire autant du regroupement du Nord-Est? Et le Circuit régional de hockey dans tout ça?

Nous aurons assurément droit à un automne où les questions sont actuellement plus nombreuses que les réponses. Des réponses qui, espérons-le, seront positives. Seules les prochaines semaines vont nous le dire.