Qui dit rentrée, dit aussi boîte à lunch!

Karine LandryChroniques

D’emblée, cela semble bien facile de garnir une boîte à lunch! On l’ouvre, on y place des aliments et on la referme. Jusque-là, tout va bien!

Là où ça se corse un peu, c’est lorsque l’on prend le temps de choisir les aliments en fonction de leur contenu nutritionnel. Car on le sait, plus nos jeunes consommeront des aliments nutritifs, plus ils seront concentrés en classe, auront de l’énergie dans leurs cours d’éducation physique et dans les autres activités. Aux papas et aux mamans qui m’ont écrit, j’offre ces quelques astuces:

Encouragez votre jeune à choisir ses aliments!

On décide beaucoup de choses pour nos enfants: l’achat de vêtements et d’articles scolaires, les aliments qu’ils consommeront au déjeuner, au souper, et à la collation en soirée, l’heure du bain, du coucher et du lever, et quoi encore!

Oui, il faut mettre des aliments nutritifs dans la boîte à lunch de nos enfants, mais que faire si les aliments finissent dans la poubelle de l’école ou dans le fond du sac d’école ou du casier? Un moyen de leur donner le goût de dévorer leur lunch (et de réduire le gaspillage), c’est de les faire participer à l’élaboration du «menu scolaire». Cela, en même temps, leur montre que vous avez confiance en leurs bons choix.

Par où commencer? Que faut-il planifier? En gros, trois choses: repas principaux, boissons et desserts ou collations.

Pour vous simplifier la tâche et celle de vos enfants, prenez une feuille de papier que vous diviserez en trois colonnes. En haut de chaque colonne, inscrivez la catégorie: repas principal, boisson et dessert ou collation. En accord avec votre jeune, inscrivez ses aliments préférés dans chacune des trois colonnes. Choisissez les aliments en fonction de certains facteurs tels que la saison, vos habitudes familiales, les besoins nutritionnels de l’enfant, et votre budget.

Vous manquez d’inspiration? Trouvez des idées de recettes dans vos livres, dans vos sites internet préférés (SOS cuisine, Ricardo, cuisine futée, parents pressés, etc.), téléchargez des applications sur votre tablette, etc. Laissez vos enfants explorer les recettes. Vous serez agréablement surpris par leurs choix de repas, de boissons et de collations!

Facilitez-leur la vie!

Rappelez-vous que les enfants n’ont pas beaucoup de temps à l’heure du dîner, surtout s’ils doivent laisser leurs places à d’autres groupes d’élèves. Et s’ils aiment aller jouer dehors, ils mangeront à toute vitesse. Voilà pourquoi il est important qu’ils puissent manger facilement et rapidement les aliments qui sont dans leur boîte.

Par exemple, lavez, pelez et coupez les fruits et les légumes. Aucun enfant ne veut perdre cinq minutes à peler son orange avant d’aller se dégourdir à l’air frais. Quant au sandwich, ils seront plus faciles à manger s’ils sont coupés en deux ou même en quatre morceaux. Pensez aussi aux petites mains qui les manieront!

Finie la monotonie

  • Évitez de toujours faire le même type de sandwich et utilisez des pains différents (panini, pain plat, bagel, tortilla, etc.).
  • Dans les salades et les soupes, optez pour des pâtes de différentes formes et couleurs (macaronis colorés, nouilles aux œufs ou alphabets, etc.).
  • À l’enfant «petit mangeur», offrez de toutes petites portions de plusieurs aliments. Par exemple, la moitié d’un bagel de grains entiers beurré, servi avec la moitié d’un œuf à la coque, quelques cubes de fromage et tranches de concombre. La variété lui sera plus alléchante qu’un gros sandwich qu’il peine à tenir dans ses mains.
  • Optez pour des repas à «thème»: repas mexicain le lundi, repas végé le mardi, soupe le mercredi, etc.
  • Faites des compromis et permettez-lui – à l’occasion – de choisir un aliment dont il ou elle raffole, mais dont le contenu nutritionnel laisse parfois à désirer.

Que faire si votre jeune rapporte régulièrement certains aliments à la maison? Demandez-lui ce que vous auriez pu faire de différent. Par exemple, pour éviter que la tomate ne mouille le sandwich, placez-la dans un contenant de plastique, et l’enfant l’ajoutera au sandwich au moment du repas. Ce conseil vaut pour d’autres aliments qui coulent ou perdent parfois leur croquant s’ils sont mélangés trop tôt à d’autres.

À toutes et à tous, je souhaite un heureux retour à l’école, au collège ou à l’université!