Brian Ford et Kathleen Gallant

C’est bien connu, la politique crée parfois de drôle de mélanges. Nous en avons eu tout un exemple la semaine dernière alors que le chef libéral Brian Gallant annonçait deux mesures qui s’inspiraient de deux chefs politiques que pourtant tout opposait, soit le premier ministre ontarien Doug Ford ainsi que son ancienne rivale et prédécesseure, Kathleen Wynne.

Je parle ici bien sûr des promesses de Gallant de geler les tarifs d’électricité en s’attaquant à Énergie NB et d’augmenter le salaire minimum à 14$ l’heure.

On se rappellera que lors de la récente campagne électorale en Ontario, le chef conservateur Doug Ford avait promis de réduire les tarifs d’électricité en s’en prenant avec démagogie à la société Hydro One. Pour sa part, le gouvernement de Kathleen Wynne avait légiféré une hausse du salaire minimum à 14$ l’heure en janvier.

Il s’agit dans les deux cas d’annonces-surprises de la part de Gallant. Qui aurait pensé il y a quelques mois à peine qu’il allait nous promettre de geler les tarifs d’électricité? Cela faisait-il bizarrement partie de son plan de lutte aux changements climatiques? Et quand a-t-on entendu Gallant déplorer les tarifs d’Énergie NB, qui sont par ailleurs les plus faibles des provinces maritimes?

La même chose vaut pour le salaire minimum à 14$ l’heure. Le 8 février, le gouvernement annonçait qu’il fixait le salaire minimum à 11,25$ dès le 1er avril 2018 et que celui-ci serait ensuite ajusté en fonction de l’inflation afin d’offrir «de la prévisibilité et d’aider les entreprises du Nouveau-Brunswick à planifier leur avenir ». La semaine dernière, le premier ministre Gallant nous a annoncé que c’était là un poisson d’avril.

Que s’est-il passé pour que Gallant se découvre soudainement un appétit pour de telles mesures? En deux mots: Blaine Higgs. Brian Gallant semble avoir décidé qu’un virage à gauche s’imposait pour se démarquer plus nettement de son principal opposant, qu’il cherche à dépeindre comme un idéologue de droite qui veut imposer l’austérité aux Néo-Brunswickois.

Restons à l’écoute. Pour combattre la vie chère, Gallant nous promettra peut-être bientôt la bière ou le joint de mari à un dollar!