Rentrée et sortie

C’est la semaine de rentrée pour les familles, les élèves, les universitaires et tous ceux et celles qui ont un emploi fixe. C’est semaine de sortie pour les retraités qui attendaient ce moment depuis tout l’été: celui de se lancer sur la route des vacances une fois celle-ci libérée des hordes de touristes.

Une amie hôtelière de Saint-Pierre et Miquelon m’en a fait la remarque en tout début de semaine: «D’une journée à l’autre notre clientèle est passée exclusivement aux personnes de l’âge d’or», m’a-t-elle annoncé. Personne ne songerait à s’en plaindre, surtout pas elle! Grâce à cette deuxième vague de touristes, les hôtels et restaurants de l’Atlantique ont encore de belles semaines d’activité devant eux.

C’est aussi le moment favori des tours opérateurs spécialisés dans le service à cette clientèle avisée. Ainsi, cette semaine, j’ai eu le plaisir d’accueillir à Saint-Jean de Terre-Neuve, un groupe d’Acadiens et d’Acadiennes, 44 au total, menés par Diasporacadie. Ils viennent du Sud-Est du Nouveau-Brunswick, de la Péninsule Acadienne et de la Nouvelle-Écosse (Baie Sainte-Marie et les environs) et même de France puisqu’au milieu du groupe se trouvait une amie que je n’avais pas vue depuis longtemps, l’Ambassadrice acadienne de Belle-Île-en-Mer, Maryvonne Le Gac qui m’a déclaré qu’elle ne voyage maintenant qu’en compagnie d’Acadiens et d’Acadiennes.

Tous entamaient dimanche un périple de 11 jours qui les mènera de Terre-Neuve à Saint-Pierre et Miquelon, puis aux Îles de la Madeleine – via un vol direct d’un archipel à l’autre – et retour via l’Île-du-Prince-Édouard.

Pas de parcs d’attractions, ni de concerts à grand déploiement encore moins de spectacles en plein air pour ce genre de touristes, mais des rencontres, des visites plus approfondies pour découvrir, connaître et comprendre. On m’avait demandé de parler de l’histoire française et acadienne de Terre-Neuve et beaucoup de participants ont été très étonnés de cette histoire si peu connue, comme ils seront très émus, j’en suis certaine, de découvrir Miquelon où tant de leurs ancêtres ont fait escale à un moment ou à un autre de leur épopée, ou encore les Îles de la Madeleine.

Ce qui confirme l’adage: les voyages forment la jeunesse