La revanche du président

La décision du député sortant de Moncton-Centre Chris Collins de se présenter comme candidat indépendant aux élections provinciales du 24 septembre pourrait être lourde de conséquences pour Brian Gallant. Nous savons tous qu’il n’y a pas d’amour perdu entre ces deux personnages.

Lors de la course à la direction du parti libéral en 2012, Collins avait choisi d’appuyer un ténor du parti, Michael Murphy, un ancien ministre de la Santé et de la Justice dans le gouvernement de Shawn Graham, et non Gallant.

Dans un échange de courriel entre Michael Murphy et Chris Collins, ce dernier avait tenu des propos peu flatteurs à l’endroit de Gallant. Ces échanges de courriels ont été rendus publics et en même temps l’animosité que Collins entretient à l’égard de Gallant.

Lorsque Brian Gallant a remporté la victoire en 2014 par une faible majorité, à défaut d’inviter Chris Collins à faire partie du conseil des ministres, un compromis honorable a été trouvé en le faisant élire comme président de l’Assemblée législative.

Ce beau compromis a éclaté en morceaux le printemps dernier lorsque Brian Gallant a suspendu Chris Collins du caucus libéral en raison d’une accusation portée à son endroit. La manœuvre de Gallant venait dans les faits barrer la route à Collins pour qu’il puisse tenter de se faire réélire sous la bannière du parti libéral.

Même si l’enquête menée par une personne de l’extérieur de la province a conclu que Chris Collins était en partie coupable des faits qu’on lui reprochait, celui-ci a décidé quand même d’être candidat indépendant dans Moncton-Centre.

Il faut remonter au siècle dernier pour voir un candidat indépendant se faire élire comme député. Les chances de Chris Colins de remporter son pari semblent plutôt minces. Toutefois, il va certainement diviser le vote libéral et pourrait faire élire la candidate progressiste-conservatrice.

Si les résultats des élections le 24 septembre sont serrés, le geste posé par Collins pourrait priver Gallant d’un précieux siège et l’empêcher éventuellement de former un nouveau gouvernement.

Ça serait une douce revanche pour Chris Collins!