Quand Higgs nous monte un bateau

En août, Blaine Higgs affirmait que l’élection du 24 septembre serait un véritable référendum sur la taxe carbone. Il a tenu parole. Partout dans la province, on voit ces temps-ci des affiches titrés (généralement en anglais) Stop the Gallant Carbon Tax et on entend les candidats progressistes-conservateurs scander ce mantra.

Convenons que le slogan est trompeur. Comme chacun le sait, l’initiative derrière cette dite taxe vient du gouvernement fédéral: c’est le gouvernement Trudeau qui a décidé d’imposer aux provinces l’obligation d’introduire, d’ici janvier, une stratégie pour rendre coûteuses les émissions de carbone. La Gallant Carbon Tax n’est donc pas vraiment du gouvernement Gallant.

Ensuite, rappelons qu’elle désigne principalement une partie d’une taxe sur l’essence et le diesel qui existe déjà et qui n’avait jamais suscité de controverse politique majeure. Son coût annuel pour les consommateurs est encore incertain, mais l’économiste de l’Université de Calgary, Jennifer Winter, rapportait cette semaine qu’il risquait d’être assez modeste, ne dépassant pas 525$ pour un ménage moyen.

Le philosophe américain Harry G. Frankfurt verrait donc dans cet épouvantail dressé par les progressistes-conservateurs un cas tout à fait classique de bullshit.

Aussi surprenant que cela puisse paraître à première vue, la bullshit – mot sans équivalent en français et, disons-le, aussi dégoutant que l’objet qu’il désigne – fait l’objet de recherches sérieuses à l’université et d’importants efforts intellectuels ont été consacrés à sa clarification conceptuelle.

Pour Frankfurt, la caractéristique essentielle de la bullshit est son indifférence par rapport à la vérité. La bullshit est à distinguer du mensonge. Un politicien qui ment connaît la vérité et est suffisamment convaincu de son importance pour l’occulter activement.

Un politicien qui bullshite, au contraire, ne se soucie pas de la véracité de ses paroles; il dira ce qu’il pense qu’il doit dire pour se faire élire sans nécessairement même savoir si ce qu’il dit est vrai; pour lui, la vérité est sans importance. Pour Higgs, le fait que son slogan soit trompeur est sans importance: le mot «taxe» fait peur et c’est tout ce qui compte!