Les trois colombes

Ils sont trois. Ils sont beaux (belle), ils sont jeunes et ils représentent en quelque sorte le seul rayon d’espoir de la communauté acadienne après l’élection de lundi. Je parle bien sûr des nouveaux députés Kevin Arsenault, Robert Gauvin et Isabelle Thériault.

Élus dans des partis différents, les trois candidats ont ceci de commun, qu’ils sont nouveaux en politique, qu’ils se connaissent très bien et qu’ils ont chacun à leur façon déjà fait leur marque dans la communauté acadienne. Ils ont un rendez-vous important avec l’histoire! De plus, ils sont parents de jeunes enfants à qui ils ont en quelque sorte dédié leur campagne.

Robert Gauvin – Archives

Précisons d’abord qu’ils seront parmi les plus jeunes député(e)s de l’Assemblée. Tous les trois n’avaient à peu près pas d’affiliation politique avant cette élection et ont été très actifs dans le domaine des arts et de la culture. Ils sont de la génération des médias sociaux, et ceux qui ont suivi les élections sur la toile ont vite constaté que c’est là qu’ils ont gagné.

Si vous pensez que les jeunes n’ont pas d’intérêt à la politique, il faudra vous raviser. Quand on leur présente des candidats de leur génération, avec un discours et des thèmes de leur temps, ils sont là. Le taux de participation dans les circonscriptions de Kent-Nord, de Shippagan-Lamèque-Miscou et de Caraquet confirme ce fait!

Kevin Arsenault est actif dans la communauté acadienne depuis longtemps. Il a été président de la FÉÉCUM et président de la SANB, il est écologiste, agriculteur, et conteur. Il n’a pas la langue de bois et surtout, en se faisant élire, il fait un pied de nez au premier ministre Brian Gallant qui lui a refusé l’accès à la candidature libérale le printemps dernier. Il a gagné son élection en faisant ce que l’on voudrait voir dans notre Assemblée législative, il a regroupé ce que les Acadiens, les anglophones et les Mi’kmaqs de sa circonscription ont en commun plutôt que ce qui les divisent!

Isabelle Thériault – Archives

Isabelle Thériault, mieux connue en raison de sa carrière musicale, plus particulièrement avec Ode à l’Acadie, nous a montré au cours de sa campagne qu’elle a plus d’une corde à son arc. Excellente gestionnaire, elle remet à l’ordre les finances du Festival Acadien et est copropriétaire de la Brokerie, le bar le plus hot de la Péninsule acadienne cet été. Elle rassemble par son charisme et son intelligence toutes les générations de sa circonscription et signe l’une des plus grosses majorités de la province tous partis confondus.

Enfin celui qui a choisi le chemin le plus difficile dans cette élection, Robert Gauvin, est à ce moment le politicien le plus convoité dans la province. Il a manifestement gagné son pari. Il a dit les bonnes choses au lendemain de l’élection et semble avoir déjà averti son parti qu’il ne tolérera pas d’égarement de son chef ni de son parti.

 

Kevin Arseneau – Archives

Un peu comme les trois colombes arrivées à Ottawa dans le gouvernement Pearson, ce triumvirat réussira-t-il à faire de la politique autrement? Surprenez-nous; vous avez la chance de changer la politique avant que celle-ci ne vous change!