A Simple Favor: un suspense qui ne se prend pas au sérieux

Patrice CôtéChroniques

Un suspense doit-il absolument se prendre au sérieux? Une dose d’humour et d’ironie ne risque-t-elle pas de ruiner l’ambiance? On serait portés à répondre par l’affirmative à ces deux questions, mais le pince-sans-rire A Simple Favor (en salle depuis le 14 septembre) nous prouve le contraire.

A Simple Favor est la plus récente entrée d’un nouveau style de cinéma sombre qui s’adresse d’abord et avant tout à un public féminin.

Style qui nous a notamment donné jusqu’ici Gone Girl (2014), The Girl on the Train (2016), la franchise Fifty Shades of Grey et la série télévisée Sharp Objects (2018).

Les plus futés d’entre vous auront remarqué que toutes ses oeuvres sont des adaptations de romans à succès rédigés par des femmes (l’Américaine Darcey Bell dans le cas de A Simple Favor).

L’intrigante et très soignée bande-annonce – avec en toile de fond une merveilleusement bien choisie chanson de Coeur de Pirate – promettait un film unique, dans lesquels les huppés personnages de Breakfast at Tiffany’s (1961) voguaient dans une ambiance sombre et lourde à la Alfred Hitchcock.

Ce que personne n’aurait pu prédire, c’est que l’humour occupe une place prépondérante au sein d’une oeuvre qui ne se gêne pas pour se moquer (de façon quand même assez subtile) des règles qui régissent depuis toujours le genre du suspense.

Le produit final a donc l’ironie de Scream (1996) et la douce arrogance de Wild Things (1998).

Où est Emily?

Jeune veuve, la puérile et douce Stephanie (Anna Kendrick) élève son fils tout en essayant de joindre les deux bouts en animant un vlog de cuisine/décoration.

Un jour, elle fait la rencontre d’Emily (Blake Lively), la maman hyper-carriériste du meilleur ami de son garçon.

Même si elles n’ont absolument rien en commun, les deux femmes font connaissance… jusqu’à ce qu’Emily disparaisse quelques jours plus tard.

Où est Emily? Et pourquoi a-t-elle disparu?

C’est ce que Stephanie va tenter de découvrir – avec l’aide des abonnées à son vlog.

La naïve jeune femme réalisera toutefois très rapidement que dans la haute société de la Nouvelle-Angleterre, les apparences sont parfois trompeuses…

Parfaite Kendrick

Si, comme moi, vous suivez Anna Kendrick sur Twitter, vous savez que la jeune femme originaire du Maine a un humour grinçant très particulier et qu’elle ne se gêne jamais pour faire dans l’autodérision.

Des traits de caractère qui lui servent parfaitement bien dans A Simple Favor, un film qu’elle porte presque entièrement sur ses épaules.

Kendrick (Up in the Air, Pitch Perfect) est absolument parfaite dans le rôle de la petite maman coincée qui se retrouve complètement hors de sa minuscule zone de confort au contact d’Emily, et, plus tard, dans son enquête.

Que ce soit par la justesse (ou la gênante innocence) de ses répliques ou par sa formidable maladresse, Kendrick nous fait sourire encore et encore.

De son côté, Blake Lively – une des comédiennes les plus naturelles de sa génération – est aussi très bonne. Il faut préciser qu’elle est dans son élément puisque son personnage n’aurait absolument pas détonné dans Gossip Girl, la série télévisée qui l’a fait connaître au monde.

Plus drôle qu’angoissant

Vous aurez donc compris que A Simple Favor n’est pas vraiment un suspense conventionnel.

Malgré quelques longueurs, la scénariste Jessica Sharzer est parvenue à bâtir une intrigue convenable caractérisée par ses nombreux rebondissements (parfois à la limite de ce qui est crédible).

L’ensemble est toutefois un peu prévisible. Et les révélations surprises sont tellement nombreuses qu’on en vient à simplement souhaiter savoir une bonne fois pour toutes comment cette rocambolesque histoire va se terminer.

Mais contrairement à Gone Girl ou The Girl on the Train, l’intrigue et ses révélations ne constituent pas le coeur de l’oeuvre.

A Simple Favor est bien plus que ça. C’est une subtile et incisive caricature du voyeurisme, de l’appât du gain et du jugement qui caractérisent notre société.

Le tout emballé dans un divertissement plus que potable qui saura satisfaire les adeptes de suspenses et d’humour.

FICHE TECHNIQUE: A SIMPLE FAVOR

  • En bref: Lorsque sa nouvelle meilleure amie Emily disparaît, la naïve Stephanie s’improvise détective afin de découvrir ce qui a bien pu se produire.
  • Appréciation: Anna Kendrick est brillante dans ce suspense qui enchaîne les surprises sans jamais se prendre au sérieux.
  • Version française:  Une petite faveur
  • Genre: drame/suspense
  • Réalisateur: Paul Feig
  • Scénariste: Jessica Sharzer, d’un roman de Darcey Bell
  • Avec: Anna Kendrick et Blake Lively
  • Budget: estimé à 20 millions $
  • Durée: 117 minutes
  • Une production des studios: Bron et Feigco Entertainment
  • ÉVALUATION (sur 5)
    • Scénario:   3
    • Qualités visuelles:      4
    • Jeu des comédiens:      4
    • Originalité:    3
    • Divertissement:   4
    • Total: 18 sur 25