Course à obstacles sur terrain miné

Le pouvoir est clairement plus à portée de main pour Blaine Higgs que pour Brian Gallant, mais le chemin est malgré tout semé d’embûches pour le chef du Parti progressiste-conservateur.

Afin d’éviter la chute de son gouvernement, M. Gallant doit non seulement compter sur l’appui des députés du Parti vert, mais il doit aussi convaincre un député progressiste- conservateur de faire défection. M. Higgs n’a besoin quant à lui que du soutien du Parti vert ou de celui de l’Alliance des gens. Il y a toutefois loin de la coupe aux lèvres.

Le Parti vert négocie ces jours-ci son appui à la fois avec les libéraux et les progressistes-conservateurs. Si les verts et les bleus ont quelques promesses électorales en commun, un océan les sépare sur une question fondamentale: la tarification du carbone.

Blaine Higgs a fait de son opposition à la taxe sur le carbone le point central de sa campagne. David Coon est la tête d’un parti écologiste qui vient de connaître un succès historique dans les urnes. Il est difficile d’imaginer comment les deux hommes pourraient en arriver à un compromis sans s’aliéner une bonne partie de leur base respective.

Il ne reste donc plus que l’Alliance des gens et son chef, Kris Austin, pour assurer la venue d’un gouvernement Higgs. M. Austin a d’ailleurs offert le soutien sans condition de son parti à un gouvernement progressiste-conservateur minoritaire.

Est-ce dire que c’est dans la poche pour M. Higgs? Pas exactement. Lundi, M. Austin a précisé qu’il s’attendait à voir des éléments de sa plateforme électorale dans un discours du trône et un budget progressiste-conservateur. Le chef de l’Alliance veut rencontrer son homologue pour négocier.

Jusqu’ici, M. Higgs s’est montré très froid à l’idée de négocier avec M. Austin ou même simplement de le rencontrer. C’est que l’appui de l’Alliance, bien que nécessaire, est gênant pour M. Higgs. Toute nouvelle montée en popularité de l’Alliance se fera aux dépens de son parti. M. Higgs doit aussi éviter de placer son unique député francophone dans une situation intenable vis-à-vis de ceux qui l’ont élu en se rapprochant trop de l’Alliance.

La course à obstacles qui sépare Blaine Higgs du poste de premier ministre ressemble de plus en plus à un terrain miné.