«Le meilleur moment pour se détendre est celui où l’on n’a pas le temps de le faire.» – Sydney Harris

La relaxation sophro… quoi? Il y a quelques années, j’ai eu le privilège de lire un ouvrage sur la sophrologie, une méthode qui m’était alors inconnue. Ignorant que j’avais des tensions à déloger, j’ai mis les exercices proposés de côté. Aujourd’hui, je reconnais avoir besoin de plus de relaxation dans ma vie. Plus de calme. Plus de silence. Moins de stress. Plus d’écoute. Plus d’arrêt. Moins de tension. Plus de relâchement. Plus de paix. Moins de distraction. Plus d’état sophrologique.

J’ai appris à mes dépens que relaxation ne signifie ni paresse, ni frivolité, ni perte de temps. Loin de là.

J’ai donc dépoussiéré le livre en question afin de redécouvrir quelques exercices. Parlant de dépoussiérage, j’ai eu envie de chasser les vilains moutons de poussière qui flânaient sur ma bibliothèque lorsque je me suis rappelé mon objectif de relaxation. Ah! fichus moutons de poussière! Mais je digresse… Je disserterai sur le ménage une autre fois.

On sait que la relaxation est la détente du corps physique et mental, mais, qu’est-ce que la sophrologie? C’est une approche psychocorporelle qui s’intéresse à la conscience humaine en harmonisant le corps et l’esprit. Visant plus que la décontraction, elle favorise l’équilibre intégral, l’atteinte d’une paix intérieure.

La sophrologie entraîne un état de relaxation physique et psychique qui permet au corps d’être en mode d’autoréparation, de rétablissement et de renouvellement. La réaction de détente est un état physiologique qui contrecarre le stress, invitant le corps à réaliser ce qui lui est naturel: l’autoguérison.

Les séances sophrologiques sont généralement guidées par un sophrologue, mais, comme vous le verrez, on peut en pratiquer une partie soi-même. Pouvant être exécutée debout, assis ou couché, la relaxation sophrologique comprend souvent une facette de visualisation.

Initiation à l’autorelaxation sophrologique

Voici une «initiation au calme» tirée de l’ouvrage en question1: «Choisissez une position confortable. Procédez par deux ou trois respirations profondes pour vous aider à vous relâcher. Décidez de fermer les yeux pour mieux vous concentrer. Cela permet de vous isoler dans votre milieu intérieur, à la recherche d’un état relaxant. Le but n’est pas de vous abandonner au sommeil mais de rechercher l’isolement sensoriel, afin de ressentir les sensations qui vont naître.»

L’auteure, Cécile Moineau, poursuit en recommandant la répétition mentale d’une phrase telle que «je suis détendu». Plus l’on s’imprègne de cette phrase, plus le calme s’installe en soi.

Vers la fin de la séance, Moineau recommande de prendre une respiration profonde et d’étirer chaque partie de son corps pour tranquillement revenir à un état de vigilance normal et d’être prêt à continuer sa journée. Une telle séance introductive dure environ dix minutes.

Posons-nous!

J’invite respectueusement vos partages et questions.

Défi de la semaine: Vous l’avez deviné. Essayez l’exercice proposé chaque jour. Si vous avez de jeunes enfants, vous aurez envie de hurler: «C’est impossible! Je ne peux même pas aller aux toilettes en paix!» Je sympathise avec vous, croyez-moi. (Ça aide de relire 400 fois la citation du début.)

1 Moineau, C. (2005). Être bien par la relaxation. Montréal: Éditions de l’Être, p.38.