C’est aujourd’hui jour du Shabbat. Depuis hier soir au crépuscule jusqu’au coucher du soleil ce soir. Ce jour sacré pour les Juifs commémore le repos du Créateur le 7e jour de la création. Les Juifs se reposent et se rendent à la synagogue pour l’étude des textes sacrés.

Samedi dernier, des leaders juifs américains avaient proposé une journée de réflexion nationale sur le sort des réfugiés à travers le monde. Les Juifs connaissent cette situation difficile: depuis Abraham, l’araméen errant, jusqu’à la diaspora, ce peuple a souvent connu la migration. La synagogue de Pittsburgh participait à ce «Shabbat des réfugiés».

Le tireur n’ignorait pas cela. Il est entré dans la synagogue «L’Arbre de Vie» et a ouvert le feu, faisant 11 morts. Nous ne pouvons pas rester indifférents à ce crime. Personne ne peut l’être. Parce que ces gens sont nos frères et sœurs en humanité. Les chrétiens ont une raison de plus pour se sentir solidaires des Juifs. Ils sont nos frères aînés dans la foi en seul Dieu.

Chaque Vendredi saint, une belle prière (depuis 1962!) rappelle à notre mémoire ce peuple élu, choisi et aimé par Dieu: «Dieu de Paix, nous prions pour le peuple de la Première Alliance: qu’ils progressent toujours dans ton amour et qu’ils soient fidèles à ton alliance.»

Le christianisme tire ses origines de cette première religion monothéiste. Jésus lui-même était Juif; il s’est soumis à la loi juive et à ses rites. Les premiers chrétiens étaient aussi issus de cette religion. C’est progressivement qu’ils ont développé leurs pratiques, défini leurs dogmes et développé une morale qui deviendrait la base de leur nouvelle religion.

De plus, nous partageons une large partie de nos textes sacrés fondamentaux avec eux. Nous prions avec les mêmes psaumes. Nous lisons les mêmes prophètes. Nous nous laissons inspirés par des écrits de sagesse communs.

+++

Les Juifs sont victimes d’une haine qui existe depuis longtemps. Trop longtemps. Déjà, 5 siècles avant Jésus-Christ, ils étaient déportés de Jérusalem à Babylone. Depuis cet exil, ce peuple semble avoir cristallisé tant de haine contre eux. Au cours de l’histoire, on les a accusés injustement de toutes sortes de maux (épidémie, sécheresse, peste, etc.). Ils ont été persécutés là où ils vivaient. Ensuite, expulsés.

Leur pauvreté matérielle a souvent contrasté avec leur richesse spirituelle, alors qu’ils ont développé une mystique juive et une étude détaillée de la Torah. Même repliés sur eux-mêmes, des Juifs ont déployé leurs talents pour devenir des illustres représentants de leur communauté autant dans le monde de la science que dans le domaine artistique.

Avec les horreurs de la Deuxième Guerre mondiale et la création de l’État d’Israël qui a suivi, le monde croyait avoir tourné la page de l’antisémitisme. Or, si la volonté de Hitler et le commandement de Eichmann ont mené l’antisémitisme à un sommet, il n’en demeure pas moins que cette fatalité persiste. Elle refait surface périodiquement.

+++

En cette époque où les minorités sont souvent pointées du doigt comme étant une cause de ce qui va mal dans le monde, les Juifs ne font pas exception. Nous devons prier pour ce peuple d’Israël. Et ici, je ne parle pas du peuple qui habite l’état d’Israël, mais du peuple juif qui se réclame de Jacob-Israël pour père. J’avoue ressentir un malaise constant quand on évoque le peuple d’Israël dans nos liturgies chrétiennes: les fidèles savent-ils qu’on ne parle pas de l’État d’Israël récemment créé?

Le fondement du commandement de l’Éternel se révélant comme l’Unique à Moïse commence ainsi: Chema Israël, ce qui signifie Écoute Israël. C’est une invitation au peuple d’écouter ce que le Créateur demande. En ces jours de deuil pour nos frères et sœurs du judaïsme, ces mots doivent résonner en nous. À l’humanité, ce message est adressé:

Écoute Israël. Écoute ce peuple encore victime de haine aujourd’hui. Avec ses cris, entends aussi la voix de tant d’autres qui ne demandent qu’à vivre en paix. La valeur d’une société se mesure au traitement qu’elle réserve à ses minorités. Que les victimes reposent en paix. Et que les autres puissent vivre en paix.