Les défis de Blaine Higgs

Le Nouveau-Brunswick vient de connaître une première historique des temps modernes avec la défaite du gouvernement minoritaire de Brian Gallant sur son discours du Trône.

Il faut remonter à 1920 pour voir l’élection d’un premier gouvernement minoritaire dirigé par Walter E. Forster. Celui-ci va démissionner en 1923 et sera remplacé par Peter J. Veniot qui deviendra du coup le premier Acadien à occuper la fonction de premier ministre. Même s’ils étaient minoritaires, les libéraux resteront au pouvoir durant cinq ans avant de connaître la défaite aux élections de 1925.

Après la défaite du gouvernement de Brian Gallant, un nouveau gouvernement minoritaire dirigé par Blaine Higgs sera assermenté vendredi. La prochaine étape sera la préparation d’un discours du Trône et l’ouverture d’une nouvelle session.

La première session de la 59e législature sera prorogée et une deuxième session sera ouverte le 20 novembre.

Pour se maintenir au pouvoir, le gouvernement de Blaine Higgs devra réussir où celui de Brian Gallant a échoué. Il devra présenter un discours du Trône qui saura rallier les verts ou les alliancistes ou encore ces deux formations politiques.

On peut croire que le discours du Trône des progressistes-conservateurs devra contenir un programme tourné vers l’action et non pas simplement de belles paroles.

La gestion de la dette publique devrait être une priorité. Un plan réaliste devra être présenté pour sortir la province du cycle des budgets déficitaires.

Le plan sur les changements climatiques des libéraux ayant été rejeté par Ottawa, que compte faire le gouvernement de Blaine Higgs à ce sujet? On peut penser que les élus verts vont le talonner de près sur cet enjeu de même que le débat entourant l’exploitation du gaz de schiste.

La question des ambulances est un autre dossier prioritaire pour les progressistes-conservateurs. C’est l’Alliance des gens qui va demander des comptes ici au gouvernement de Blaine Higgs. Trouver une solution à court terme tout en n’alimentant pas les tensions linguistiques dans la province ne sera pas facile.

Le 50e anniversaire de l’adoption de la première Loi sur les langues officielles de 1969 pourrait être l’occasion d’en faire le bilan et au besoin de revoir celle-ci.

Le président de la chambre, Daniel Guitard, qui a été élu pour l’ensemble de la 59e législature n’a pas perdu de temps pour faire savoir qu’il avait l’intention de rester dans son confortable fauteuil!

C’est une décision quelque peu surprenante puisque celui-ci était le président du caucus libéral. Faut-il y voir une fissure dans la solidarité des libéraux? Lorsqu’un député libéral avait été élu président de l’Assemblée législative de la Colombie-Britannique, à la grande satisfaction du nouveau gouvernement NPD, celui-ci avait été expulsé du caucus libéral.

Brian Gallant pourra-t-il demeurer chef du parti libéral? Rarement dans l’histoire politique du pays un premier ministre défait a pu diriger son parti aux élections suivantes. On peut penser à Pierre Elliott Trudeau qui a pu revenir au pouvoir en 1980 après une traversée du désert de 9 mois.