«Est-ce la situation ou ma réaction à la situation qui me cause le plus de stress en ce moment?» – Nicole Bordeleau

Il y a des personnes douées pour nous provoquer. Ces individus le font avec brio: ils savent précisément quoi dire ou faire, quand le dire ou le faire, comment le dire ou le faire et quelle force employer pour exécuter l’opération. De vrais experts quoi! Nous bouleverser semble être leur office.

En réalité, ils ne nous bouleversent pas – ils ne servent que d’élément déclencheur. Nous nous menons nous-mêmes au paroxysme de l’exaspération. Tout seuls, comme des grands!

Mises en situation

  • Anne raconte:

«Quand je gronde Nico, mon fils de 10 ans, il me dévisage et riposte: “je m’en fiche!” Là, je perds la carte! C’est toujours la même chose!»

Pourquoi Anne réagit-elle continuellement de la même façon? À l’instar de chacun de nous, elle a des blessures émotionnelles et des croyances contraignantes. En prenant un recul pour observer sa propre réaction, la situation s’éclaircit. D’où l’importance d’imposer aux enfants des «temps morts» qui sont aussi, sinon plus importants pour les parents. Anne constate alors l’insécurité qu’elle ressent au sujet de l’autorité. Munie d’une meilleure compréhension d’elle-même, elle peut se préparer à régler ce conflit intérieur avec attention et compassion.

Désormais, lorsque Nico agira de la sorte, les réactions risquent d’être différentes. Anne comprendra que ce n’est pas son fils qui la fait réagir ainsi. Elle aura le choix de répondre plus calmement, sans chaos intérieur, et de se soucier de la discipline. En percevant les réactions moins explosives de sa mère, Nico s’ennuiera probablement de la narguer et arrêtera. Éventuellement. Certes, il trouvera bien d’autres façons de la provoquer: c’est pour cela que je dis tout le temps que nos enfants nous font grandement évoluer comme personne. Tout le temps. Sans répit!

  • Philippe relate:

«Ma conjointe Carina m’a dit que je n’étais qu’un égoïste qui ne pense jamais à ses enfants. Comment ose-t-elle? J’aime tellement mes enfants. Carina m’a blessé profondément.»

Philippe croit les paroles de Carina, car une blessure habite déjà celui-ci. Depuis longtemps, son sentiment d’infériorité le pousse à se juger médiocre comme père. Voilà pourquoi les propos de sa conjointe l’ébranlent ainsi. Le jour où Philippe saura dans son for intérieur qu’il est un bon père faisant le mieux qu’il peut, ce genre de remarque ne déclenchera pas de telles réactions en lui.

Au-delà

Lorsque quelqu’un nous provoque, c’est comme un cadeau (très camouflé bien sûr). Ce «cadeau» a le pouvoir de nous faire croître comme humain, dans l’amour et le pardon.

Williamson, une enseignante spirituelle, écrit: «Croître n’est jamais mettre l’accent sur ce qui sert de leçon à autrui, mais uniquement sur ce qui nous sert de leçon à nous-mêmes. Nous ne sommes pas les victimes du monde extérieur. Même s’il est dur de le croire parfois, nous sommes toujours responsables de notre façon de voir les choses.» (Williamson, M. (1993). Un retour à l’amour. Paris: Du Roseau, p.108.)

Remettons-nous en cause!

J’invite respectueusement vos partages et questions.

Défi de la semaine

Contemplez avec ouverture d’esprit vos réactions envers vos proches.