Gallant déjoué par Higgs

Dans la joute parlementaire qui opposait les progressistes-conservateurs aux libéraux autour de l’adoption du discours du Trône du gouvernement de Blaine Higgs, ce sont les premiers qui ont eu le dernier mot.

Après avoir fait savoir qu’il ne voterait pas pour la levée du moratoire sur la fracturation hydraulique, le député allianciste de Fredericton-York a fait volte-face et s’est rangé du côté du gouvernement de Blaine Higgs pour voter pour sa confiance. Celui-ci ne voulait pas provoquer de nouvelles élections.

La question du moratoire de la fracturation hydraulique n’a pas seulement divisé l’Alliance des gens, dont le chef était dès le départ pour sa levée dans la région de Sussex, mais également les libéraux. Le député de Saint-Jean-Havre, Gerry Lowe, a voté en faveur du sous-amendement et de l’amendement pour permettre un retour à l’exploitation du gaz de schiste dans la région de Sussex. La manœuvre des libéraux visant à mettre au grand jour la division entre les progressistes-conservateurs et les alliancistes sur la question de la fracturation hydraulique a plutôt révélé une fissure dans le caucus libéral sur cet enjeu.

Le débat sur l’enjeu du gaz de schiste va se poursuivre au cours des prochains mois. Les libéraux ont déposé le projet de Loi 3 qui vise à interdire la fracturation hydraulique d’un puits. Les chances que ce projet de loi soit adopté sont à peu près nulles puisque les progressistes-conservateurs, les alliancistes et même le député Gerry Lowe devraient voter contre.

Pour sa part, le gouvernement de Blaine Higgs compte entreprendre des consultations dans l’ensemble de la province sur cette question qui divise. Entretemps, la région de Sussex servira en quelque sorte de projet pilote qui pourrait s’étendre dans les régions disposées à accorder leur licence sociale à l’exploitation de cette ressource naturelle.

L’amendement des libéraux au discours du Trône pour y inclure l’interdiction de la levée du moratoire de la fracturation hydraulique a permis aux progressistes-conservateurs d’introduire un sous-amendement à celui-ci qui, au bout du compte, a libéré Blaine Higgs de sa promesse de tenir un vote libre sur cette question. En effet, la Loi modifiant la Loi sur le pétrole et le gaz naturel, votée en 2015, à la demande du gouvernement de Brian Gallant, donne au cabinet le pouvoir de maintenir ou de lever le moratoire sur la fracturation hydraulique.

Toutefois, pour respecter son engagement d’avoir le feu vert des autorités locales avant de lever le moratoire sur la fracturation hydraulique dans une région, le gouvernement Higgs pourrait s’inspirer de la Loi concernant le magasinage le dimanche qui a été adoptée par le gouvernement de Bernard Lord en 2004. En vertu de celle-ci, ce sont les municipalités qui réglementent l’ouverture des commerces sur leur territoire.

La Loi sur les municipalités pourrait également être modifiée afin que celles-ci puissent tenir un plébiscite sur la fracturation hydraulique. Un vote favorable pourrait leur permettre de percevoir une partie des revenus découlant de l’exploitation du gaz de schiste.