Collaboration à géométrie variable

Dans son discours du Trône qui a finalement été adopté la semaine dernière, le premier ministre Blaine Higgs annonce fièrement l’arrivée d’une «nouvelle ère (de) gouvernance axée sur la collaboration».

Gouvernement minoritaire oblige, la «collaboration» est un thème récurrent à Fredericton ces jours-ci.

«Votre gouvernement vise la collaboration avec les hommes et les femmes de bonne foi et de toute affiliation politique», peut-on y lire.

Le premier ministre avait cependant déjà donné un aperçu de l’étendue de cette «collaboration» avant même la présentation du discours du Trône.

Dans le dossier des ambulances, le gouvernement a collaboré étroitement avec l’Alliance des gens et son leader, Kris Austin. M. Austin a même été invité à prendre la parole lors d’une annonce gouvernementale sur le sujet.

Les libéraux et les verts avaient quant à eux été écartés des discussions.

Interrogé sur sa décision de travailler avec l’Alliance et seulement avec l’Alliance sur ce dossier, Blaine Higgs avait répondu aux journalistes que ce dossier était d’abord une priorité de l’Alliance.

Mercredi, lors de la présentation du nouveau plan de lutte aux changements climatiques du gouvernement, nous avons appris que le Parti vert n’avait pas été consulté (le Parti libéral non plus d’ailleurs).

Comment comprendre cette omission de la part du gouvernement alors que les changements climatiques sont certainement autant une priorité pour les verts que le système ambulancier pour les alliancistes?

La réponse se cache dans la seconde partie de l’explication de Blaine Higgs aux journalistes concernant ses efforts de collaboration.

M. Higgs avait alors précisé qu’il voulait éviter la confrontation et qu’il préférait donc aussi travailler avec l’Alliance sur la question climatique.

En résumé, deux conditions semblent être nécessaires pour collaborer avec le gouvernement: (1) il doit s’agir d’une priorité et (2) vous devez être du même avis que lui afin d’éviter la confrontation.

En ce qui concerne la «nouvelle ère (de) gouvernance axée sur la collaboration», on repassera.