Rien à voir avec la langue

La saga des Jeux de la francophonie est loin d’être terminée, mais pour le moment le Nouveau-Brunswick semble avoir évité le pire.

Certes, la tenue de l’événement d’envergure internationale à Moncton et à Dieppe en 2021 est loin d’être assurée. Toutefois, l’affaire ne s’est pas encore transformée en gigantesque crise linguistique comme plusieurs le redoutaient, moi y compris.

Il s’agit pourtant d’une occasion en or pour les francophobes qui prennent de plus en plus d’assurance alors que les partis populistes gagnent en popularité un peu partout en Occident.

Imaginez un peu le complot: un groupe d’Acadiens qui invitent les membres de leur société secrète internationale à participer à une semaine de festivités aux frais du gouvernement lors d’un événement dont les coûts dépassent de huit fois le budget prévu. Quel cauchemar!

Heureusement, le débat à Fredericton a été plutôt civilisé jusqu’ici et n’a pas porté sur la question linguistique. Même le chef de l’Alliance des gens s’est tout de même empressé de demander au premier ministre de ne pas dépenser un sou de plus que ce qui avait été promis au départ pour les Jeux, Kris Austin n’a pas rué dans les brancards outre mesure.

Au contraire, les Jeux de la francophonie sont peut-être le sujet qui fait le plus l’unanimité à l’Assemblée législative puisque tout le monde s’entend pour dire que des Jeux à 130 millions $ sont inacceptables

Je n’ai absolument pas les compétences nécessaires pour déterminer si les Jeux tels que présentés sont trop chers, si les retombées en vaudraient la chandelle ou si le précédent gouvernement a véritablement échappé la balle au bon.

À Calgary, une majorité de citoyens ont rejeté récemment par voie de référendum pour des raisons essentiellement économiques l’idée que leur ville devienne l’hôte des Jeux olympiques. Que l’on soit d’accord ou non avec leur décision, le débat n’avait rien à voir avec la langue.

Si le Nouveau-Brunswick décide qu’il n’a pas les moyens de présenter les Jeux de la francophonie, ça devrait aussi ne rien avoir à voir avec la langue.