Conte de la petite Noëlla

Il était une fois une petite fille qui marchait dans la neige. Pas de bottes, pas de raquettes. Juste des sabots de bois Nike orange fluo usagés. Elle n’avait ni père, ni mère, ni frère, ni sœur, ni famille biologique, nucléaire, nourricière, dysfonctionnelle, reconstituée, ou idéalisée. Elle n’avait rien.

Elle s’appelait Hosanna, on ignore pourquoi. Mais le monde l’appelait «la Brayonne», parce qu’elle était habillée en guenilles, qui se disait «brayon» dans le temps, avant qu’un petit futé ne s’empare de la dite «guenille» pour en faire un drapeau.

Évidemment, ça se passait bien avant les fameux Dîners en Blanc qui font fureur l’été dans les grandes métropoles du monde, telles que Londres, Paris, Berlin, Washington et Edmundston, permettant à la classe moyenne branchée d’éventer une fois par année ses fringues immaculées en public.

***

Hosanna s’était égarée dans la célèbre et mystérieuse Forêt de Cannabis, où rôdaient des monstres hideux, des dragons en feu, des gnomes qui louchent, des licornes en chaleur et des pousheurs du gouvernement.

Naturellement, un blizzard faisait rage, moins 30 Celsius avec ressenti moins 43, aucune étoile n’éclairait le ciel, et c’était la nuit avant Noël.

Hosanna n’avait pas mangé depuis trois jours, même si elle était allée livrer des bûches de Noël Vachon dans un village friand de haute cuisine, car elle était professionnelle. C’était son métier: faire des commissions. Elle n’était pas payée, mais ne s’en plaignait par car elle ignorait tout de l’équité salariale, vu qu’elle ne savait ni lire ni écrire, et qu’elle ne connaissait aucune féministe.

Elle savait seulement ce qu’on lui avait appris: aller faire des commissions.

***

Tout à coup, elle voit surgir les deux gros yeux lumineux exorbités d’un loup-garou affamé qui sautille d’un arbre à l’autre, les crocs pointus, la broue dans le toupette, en essayant de pogner des ondes Wi-Fi pour son iPhone.

Le regard brûlant comme un grill à T-bone, vlà qu’il lui lance : «Where ya going, shrimpy?», dans la langue du gros bon sens.

– Quoissé?, répondit Hosanna, en levant les yeux au plus haut des cieux.

Oh! you speak a dialect!, que décrète le loup-garou, en ouvrant un petit paquet de Kleenex, la moutarde lui montant au nez en plein conte de fées!

– Yes!, dit-elle, right fière. Yes, I does de dialecte!

À ce moment précis, la Fée des Neiges, sortie faire son ski de fond, apparaît dans un froufrou étincelant à la Walt Disney et, croyant que le loup-garou allait manger la Brayonne, BANG!, elle lui sacre un coup de baguette magique sur la tête!

– HOLÉ JOUAL VERT!, hurle la fillette.

Pauvre loup-garou: il était végane! Quelle injustice! Il avait beau gueuler qu’il voulait une ambulance, mais comme personne ne comprenait son gros bon sens, il disparut du conte d’un clic de souris.

Sous l’impact, la baguette magique avait volé en éclats saupoudrant la neige d’un nuage de paillettes, et la Fée des Neiges, ravie de son geste se mit à ramasser les morceaux de baguette, en bonne fée écolo.

***

Le temps d’installer trois petites étoiles entre deux paragraphes et voici la maigrichonne attablée devant une pile de ployes merveilleuses dans l’atelier du Père Noël, tandis que les lutins jumeaux Gueling-Guelang et Gueding-Guedang, le lutin frônçais Trëmä-Frëtïllänt, le lutin brayon Bûck-à-Broûe et Friggin-Vortex, le lutin chiac, papillonnent autour d’elle comme des mouches à feu un soir de canicule à gros facteur Humidex.

– Aaaah ce qu’elle est mignooonne!, ulule Trëmä-Frëtïllänt.

– Ben moâ, j’aime pâs la way que sa skirt a ĥang, jargonne Friggin-Vortex. Bâillons-y des hardes qu’â de l’allûre!

– Oui, stridule Trëmä-Frëtïllänt, une jolie petite robe en mousseline de soie avec des frisons! Mais pas que! Car je vois des volants, des rubans, des glands…

– Bon, ça va fére, jouer à catin, là! C’t’effraybe de laisser un enfant tu-seul de même dans l’bois la veille de Nouel pas de ĥilet ĥaune!, glapit Bûck-à-Broûe, dépité devant la cruauté humaine, car il ignorait qu’il était dans un conte de fée et que, normalement, tout ça finirait bien. Faut avartir Pé’ Nouel!

– J’y vais, j’y vas, j’y vais, j’y vas, turlutèrent Gueding-Guedang et Gueling-Guelang, dans un duo parfaitement synchro, aussi beau que le Duo des fleurs de Lakmé, et ils s’en furent, caracolant vers le bureau du Père Noël.

***

Le gros bonhomme rouge était déjà au courant puisque la Fée des Neiges s’était empressée d’aller tout lui raconter, afin d’éviter que la fillette soit bannie à jamais du Pôle Nord, car il était formellement interdit aux enfants de s’aventurer dans l’atelier du Père Noël pour ne pas briser l’esprit des Fêtes.

Le Père Noël écoutait attentivement le récit de la Fée des Neiges, tandis que la Fée des Étoiles lui versait un énième Pineau des Charentes et que la Fée des Ployes lui coupait les ongles d’orteil.

– Ouais, belle histoire, soupira-t-il, laissant rouler de grosses larmes avinées sur sa barbe lumbersexuel. Comment s’appelle la petite?

– Hosanna! Hosanna la Brayonne!

– Pauvre enfant! Trouvez-y un autre nom!, supplia la Fée des Ployes.

– Ouais, fit le Père Noël, elle a déjà suffisamment souffert! Si on l’appelait Noëlla?

***

Et c’est ainsi que le Père Noël adopta la petite Noëlla, qui devint la chouchou des lutins, que dis-je: la Barbie des Banquises!

Comme elle était très intelligente, Noëlla apprit aisément au fil des saisons tout ce qu’il fallait savoir du métier de lutine, jusqu’à devenir des années plus tard présidente-directrice générale de l’atelier du Père Noël.

Il est même possible, selon la rumeur, qu’elle lui succède, bientôt, vers l’an 3000!

***

C’est une belle histoire qui aurait pu être l’histoire de Jakelin Caal Maquin, cette petite Guatémaltèque de sept ans morte le 8 décembre d’un apparent choc septique à l’hôpital d’El Paso au Texas, quelques heures après son arrestation avec d’autres migrants à la frontière américaine où elle était allée chercher un peu de liberté.

C’est ce que nous apprennent les contes de fées, qui sont de vraies histoires au fond, mais racontées de manière à ne pas effaroucher ceux et celles qui les entendent.

Han, Madame?