LHJMQ: la crème de la crème du N.-B.

Octobre 2002. Sur la glace du Centre régional K.-C.-Irving, les joueurs d’Équipe Nouveau-Brunswick s’entraînent sous les ordres de l’entraîneur-chef Gerry Belliveau, en vue de la Coupe Défi Atlantique qui sera présentée dans les jours suivants au même endroit. C’est aussi ce même groupe qui, quelques mois plus tard, sera appelé à représenter la province aux Jeux d’hiver du Canada, qui auront lieu simultanément à Bathurst et à Campbellton avec comme tête d’affiche un certain Sidney Crosby au sein de la formation de la Nouvelle-Écosse.

L’entraînement ne fait que débuter quand l’entraîneur-chef du Titan d’Acadie-Bathurst Réal Paiement et son nouvel adjoint Sylvain Couturier sont venus me rejoindre. Parle parle, jase jase, le pilote du Titan finit par demander qui est ce fameux Luc Bourdon dont il ne cesse d’entendre parler.

Puisque les joueurs n’ont pas leur nom sur leur gilet d’entraînement, je lui réponds, un sourire aux lèvres, qu’il n’a qu’à regarder les gars patiner et il aura rapidement sa réponse. Il aura fallu moins de 10 secondes aux deux hommes pour trouver le jeune Acadien avec le dossard numéro 2.

Bourdon n’avait alors que 15 ans et il patinait déjà comme un professionnel. Sur la patinoire, il y avait pourtant des gars comme Dean Ouellet, Jordan Clendenning, Billy Bezeau, Jean-Claude Sawyer, Justin Vienneau et Christian Gaudet, pour ne nommer que ceux-là. Tous des joueurs qui avaient fière allure sur une paire de patins. Mais comme un peu tout le monde, Paiement et Couturier ne voyaient que le surdoué de Shippagan.

En passant, tous les Néo-Brunswickois aimant le hockey, ou presque, ont une anecdote sur Luc Bourdon. Plusieurs vous parleront sans doute de ses exploits lors de ses deux participations au Championnat mondial junior. Pour ma part, je continue de préférer mon anecdote parce qu’elle n’est connue que de trois hommes. Pour dire vrai, j’ignore même si Paiement et Couturier s’en souviennent. Ça remonte quand même à il y a plus de 16 ans.

Tout ça pour vous dire qu’en octobre, je cherchais une façon de souligner les 50 ans de la LHJMQ quand je suis tombé par hasard sur une photo de Luc Bourdon. Et comme c’est souvent le cas quand je vois une photo de Ti-Luc, mon anecdote m’est aussitôt revenue à l’esprit.

Cette fois-ci, toutefois, c’est avec le sentiment d’avoir trouvé la bonne idée pour souligner les 50 ans de la LHJMQ.

Je me suis dit que ça pourrait être amusant (et intéressant) de lancer un concours afin de désigner les 20 joueurs du Nouveau-Brunswick qui auront le plus marqué les esprits au cours de cette première moitié de siècle du circuit québécois. Et quand je dis 20 joueurs, je parle ici de deux gardiens, six défenseurs et 12 attaquants. Bref, une véritable équipe de hockey composée de vedettes néo-brunswickoises des cinq décennies de la LHJMQ.

J’ai donc approché près de 70 personnes pour composer un panel d’experts. À ma grande joie, 45 ont accepté de jouer le jeu. Pas n’importe qui puisque le panel comprend des directeurs généraux et des entraîneurs du passé et du présent, d’anciens joueurs qui ont oeuvré ici et là pendant les cinq décennies, des recruteurs professionnels et amateurs, des agents de joueurs, des journalistes, etc. Je tenais aussi à ce que ces gens proviennent des quatre provinces de l’Atlantique et du Québec et qu’ils aient une excellente connaissance du circuit.

Pour les aider dans leur travail, je leur ai acheminé une liste comprenant neuf gardiens, 26 défenseurs et 46 attaquants. Tous des joueurs qui, à mes yeux, méritaient de se retrouver sur un bulletin de vote. Bien sûr, les membres du panel avaient aussi l’option de voter pour des joueurs qui ne se trouvaient pas dans la liste. Ce que deux voteurs ont d’ailleurs fait.

Une fois tous les bulletins de vote comptabilisés, j’ai découvert que l’expert qui avait eu le plus de flair était Jean-François Grégoire, actuellement entraîneur adjoint chez le Drakkar de Baie-Comeau et ex-joueur étoile du défunt Laser de Saint-Hyacinthe au début des années 1990. Jean-François a, tenez-vous bien, voté en faveur de 18 des 20 joueurs sélectionnés dans l’équipe d’étoiles. Faut quand même le faire quand on sait que 75 joueurs ont reçu au moins un vote de l’un des membres du panel.

Avec 17 bonnes sélections sur 20, on retrouve les journalistes Mathias Brunet, Gilles Moffet, Luc Grenier et Kevin Dubé, de même que le directeur général et entraîneur-chef des Huskies de Rouyn-Noranda, Mario Pouliot.

Dès demain, vous aurez l’occasion de découvrir qui sont les 20 joueurs faisant partie de l’équipe d’étoiles des 50 ans de la LHJMQ. L’équipe comprend deux joueurs des années 1970, deux autres des années 1980 et un seul des années 1990. Les 15 autres ont évolué dans le nouveau millénaire.

Allez, courage. Un autre petit dodo et vous allez connaître cette belle équipe.