Lire et faire lire l’Acadie

J’étais à la recherche d’une bouffée d’air frais pour contrer toutes mes idées noires sur le chaos dans lequel nous vivons, sur les dérèglements du climat et de nos sociétés et, je l’ai trouvée grâce à une amie de longue date: Marguerite Maillet.

Marguerite c’est, en Acadie, l’équivalent du fameux lapin Energizer: infatigable, toujours en action et je n’ajoute pas «malgré son âge» comme on le dit souvent, car il me semble que plus elle avance en âge et plus elle trouve d’élan. Et puis, (le lapin à pile ne peut pas en dire autant), avec Marguerite tout devient magique: c’est grâce à elle que j’ai publié mon premier roman jeunesse chez Bouton d’or Acadie, je l’ai vue se démener sans relâche pour favoriser la lecture chez les jeunes enfants de milieux défavorisés. Aujourd’hui, elle me fait découvrir Lire et faire lire Acadie, une initiative merveilleuse où, là encore, elle s’illustre comme marraine et bénévole.

Lire et faire lire Acadie est une initiative venue de France, établie, il y a 10 ans, à l’école Champlain de Moncton et qui s’étend maintenant à toutes les écoles primaires du District 1 à Moncton, Dieppe, Memramcook, Saint-Jean, Oromocto et Fredericton. Son objectif est d’encourager la lecture chez les enfants, mais aussi, et c’est important, d’encourager le dialogue intergéné-rationnel.

Ce sont donc des bénévoles de 50 ans et plus qui se rendent, une fois par semaine, dans une école pour y rencontrer un petit groupe d’élèves, de 2 à 6, toujours les mêmes, «dans une démarche de lecture axée sur le plaisir de lire et la rencontre entre les générations». Chaque bénévole s’engage pour une période de 8 à 10 semaines, de façon à pouvoir créer de vrais liens avec les enfants. Un rôle en or pour mon amie Marguerite.

À l’heure où on parle tant de la solitude dont souffrent nos aînés, où tant de personnes âgées cherchent un rôle à jouer dans notre société et où tant d’enfants manquent de contacts avec la plus vieille génération, je me demande bien pourquoi une telle initiative n’est pas opérationnelle partout, dans toutes nos écoles, dans toutes nos provinces et, pourquoi pas, partout au pays.