Titans (DC Universe et Netflix) – Je l’avoue, je ne m’attendais à absolument rien de cette énième série de superhéros. Et j’ai failli décrocher après le deuxième épisode tellement la structure de l’émission me semblait boiteuse. J’aimais le personnage de Robin, mais je considérais tous les autres (Raven, Beast Boy, Starfire, Hank) comme des distractions. Aujourd’hui, je suis heureux de m’être accroché. Titans est beaucoup plus cérébrale (à la Daredevil) que la série moyenne du genre. On passe beaucoup de temps à explorer le psyché des personnages, notamment la relation entre Robin et son mentor, Batman. Les nombreuses allusions à la mythologie de DC (le Joker, Wonder Woman, Jason Todd) sont bienvenues et ont fait frissonner le petit geek en moi à plus d’une reprise. Une de ces rares séries de superhéros qui gagne en qualité avec le temps.  (3,5/5)

You (Netflix) – Cette série a fait de moi un junkie. Le concept n’a pourtant rien d’original: un libraire prénommé Joe (Penn Badgley) est prêt à tout pour que la belle Beck (Elizabeth Lail) tombe amoureuse de lui. Et quand j’écris «tout», c’est vraiment tout… You est la série créée par Netlix la plus intelligente qu’il m’ait été donné de voir. Ce qui fait son charme, c’est la narration de Joe. Ses commentaires alternent entre la lucidité et la désillusion la plus complète. En espionnant et en contrôlant la vie de Beck, ce psychopathe manipulateur est convaincu de faire ce qui est le mieux pour celle qu’il aime! Et vous savez quoi? La série est écrite d’une façon tellement tordue (au sens positif du terme) qu’on souhaite que Joe parvienne à ses fins… Troublant… You est une critique sociale absolument parfaite de notre société où l’image prime sur l’être. (4,5/5)

True Detective – saison 3 (HBO) – Si la première saison de cette série d’anthologies est considérée comme culte, on ne peut en dire autant de la seconde, qui a déçu le public et les critiques. La troisième incarnation de cette émission policière était donc très attendue… et elle passe le test avec brio. L’ambiance et le rythme qui ont fait de la saison originale un succès sont de retour. Et Mahershala Ali est tout simplement brillant dans le rôle d’un policier qui enquête sur la mort d’un garçon et la disparition de sa soeur dans l’arrière-pays de l’Arkansas. Seuls trois épisodes sur huit sont en ligne et, jusqu’à présent, le mystère est plus épais qu’une marmite de sirop d’érable qui aurait bouilli trop longtemps. Je ne me considère toutefois pas encore comme accroché. (4/5)

Comedians of the World (Netflix) – C’est rare que Netflix propose du contenu canadien francophone exclusif. Je me suis donc précipité sur Comedians of the World, une mégasérie qui regroupe des spectacles d’une quarantaine d’humoristes des quatre coins de la planète. Du nombre, huit Canadiens, dont quatre francophones (Louis-José Houde, François Bellefeuille, Katherine Levac et Adib Alkhalidey). Du groupe, Houde, sans être exceptionnel, est assurément le plus drôle, suivi d’Alkhalidey (une belle révélation pour moi). Par contre, les quatre spectacles sont bourrés de références montréalaises et canadiennes qui risquent de passer 10 pieds par dessus la tête de l’auditeur non canadien… Personnellement, si j’avais écouté un humoriste brésilien ou malgache dont 50% des gags m’étaient incompréhensibles sans contexte, je me serais tanné avant longtemps. Un petit concept à revoir, donc. (3/5)

À surveiller ce mois-ci

1er février

Velvet Buzzsaw (Netflix)

Le comédien Jake Gyllenhaal (Prisoners, Donnie Darko) poursuit son travail dans le cinéma que je qualifierais de non conventionnel avec Buzzsaw, un film d’horreur qui se déroule dans l’univers des arts visuels. La distribution comprend également les vétérans John Malkovich, Toni Collette et Rene Russo, ainsi que la jeune Nathalie Dyer (Nancy dans Stranger Things).

Nightflyers (Netflix)

Un des films d’horreur les plus attendus de 2019 est le remake de Pet Semetary (adapté du roman culte de Stephen King). Si vous avez envie de voir ce que le scénariste du film, Jeff Buhler, a dans le ventre, prenez le temps de visionner Nightflyers, un thriller du style Alien dans lequel des astronautes vont à la rencontre d’un vaisseau extra-terrestre.

8 février

Don’t Worry, He Won’t Get Far on Foot (Amazon Prime)

Le cinéaste Gus Van Sant n’a jamais reculé devant les sujets tabous (qu’on pense à Elephant). Il nous offre ici un portrait «complexe» d’un caricaturiste ivrogne devenu quadriplégique dans un accident (interprété par l’excellent Joaquin Phoenix).

High Flying Bird (Netflix)

Le grand Steven Soderbergh (Erin Brokovich, Traffic) nous propose une incursion dans le monde des agents et du basketball. Zachary Quinto (Star Trek, la série télévisée Heroes) et André Holland (Moonlight) font partie de la distribution de ce film qui promet énormément.

11 février

Here and Now (HBO)

Les gagnants d’un Oscar Tim Robbins (Mystic River) et Holy Hunter (The Piano) interprètent les parents d’une famille adoptive multiethnique. Les créateurs promettent une comédie noire et  provocatrice.

14 février

Dirty John (Netflix)

Quoi de mieux pour souligner la fête de l’amour qu’une série sur un manipulateur pathologique et sa nouvelle conquête… Série la plus prometteuse du mois chez Netflix, Dirty John a été créée par la très tordue scénariste de Desperate Housewife, Bates Motel et Aquarius, Alexandra Cunningham. La distribution est menée par un trio éclatant: Connie Britton, Eric Bana et Juno Temple.

15 février

Doom Patrol (DC Universe)

Après avoir fait une apparition dans un épisode de Titans, les personnages de Doom Patrol ont maintenant leur propre série. Retrouvez donc Cyborg, Robotman, The Chief et leurs amis pour de nouvelles aventures!

The Umbrella Academy (Netflix)

Si Dirty John est la série la plus prometteuse du mois chez Netflix, The Umbrella Academy est la plus attendue. J’ai mes doutes sur cette série de superhéros puisqu’elle a été créée par Jeremy Slater, le scénariste de films rapidement oubliables comme Fantastic Four, The Lazarus Effect et Death Note.

26 février

Three Identical Strangers – (Hulu)

Si vous n’avez pas vu cet excellent documentaire en salle à l’automne, voilà votre chance de vous reprendre. En lice pour un oscar, le film raconte la troublante histoire de triplés élevés dans des familles différentes au nom de la science. Tout simplement bouleversant.

Trois classiques à voir ou revoir

Thelma & Louise (1991) (1er février, Hulu et Amazon Prime)

L’ancêtre du road movie féminin, mondialement connu pour sa conclusion et pour avoir introduit au grand écran un jeune comédien du nom de Brad Pitt…

E.T. the Extra-Terrestrial (1982) (1er février, HBO et Netflix)

Nominé pour neuf oscars et gagnant de quatre statuettes, ce film culte de la science-fiction est probablement l’oeuvre qui résume le mieux la vision (et le talent!) de Steven Spielberg.

The Matrix (1999) (1er février, Amazon Prime)

Une autre oeuvre de science-fiction culte, qui combine effets spéciaux spectaculaires et intelligence du propos. Un film à la fois philosophique et divertissant… une rareté!