Cinq ans après le succès international du premier épisode, le phénomène Lego est de retour au grand écran. Si le nouveau réalisateur Mike Mitchell utilise sensiblement les mêmes blocs que ses prédécesseurs, la construction finale n’a pas tout à fait la même splendeur.

Le District scolaire francophone Nord ayant (encore) fermé les écoles vendredi, c’est accompagné d’un petit adjoint en la personne de mon garçon que j’ai vu le film.

Âgé de 7 ans, Jérémie est un passionné de Lego. J’ai pensé que ses impressions pourraient me permettre de voir le film avec les yeux d’un enfant.

Constat: fiston a adoré. Quand je lui ai demandé ce qu’il avait le plus aimé, il m’a répondu: «Tout!».

On peut en déduire que les petits vont apprécier leur sortie au cinéma – surtout que le film s’adresse davantage aux petites filles que son très garçon-centrique prédécesseur.

Mais qu’en est-il des enfants plus vieux et de leurs parents? Ils risquent de passer du bon temps également, pourvu qu’il ne s’arrêtent pas trop aux longueurs et aux incongruités du scénario.

Empêcher l’apocalypse

Malgré de nombreuses tentatives, Emmet et sa bande (Lucy, Batman, Unikitty et compagnie) ont été incapables de freiner les envahisseurs venus de l’univers Duplo.

Ces personnages grossiers ont tout détruit, de sorte que nos héros vivent maintenant dans un monde désolé qui n’est pas sans rappeler celui de Mad Max.

Un monde sans merci dans lequel chacun doit s’endurcir s’il souhaite survivre. Chacun sauf Emmet, qui est toujours aussi enjoué!

Quand ses amis sont enlevés par un extra-terrestre aux visées destructrices, le petit travailleur de la construction partira à leur secours.

Mais Emmet a-t-il suffisamment de froideur et d’agressivité en lui pour s’opposer à un ennemi si puissant?

Compliqué et long

À l’instar de la franchise Toy Story (de laquelle il s’inspire énormément), The Lego Movie 2 est un film destiné autant aux adultes qu’aux enfants.

Les petits vont se régaler des scènes d’action et de l’humour léger alors que les plus grands trouveront davantage leur pied dans la finesse des dialogues.

Les nombreuses références à la psyché de Batman et à tout un paquet de films d’action classiques m’ont en effet fait sourire.

Mais évidemment, tout ça est passé dix pieds au-dessus de la tête de fiston.

Un défaut qui serait tolérable si ces références se résumaient à des clins d’oeil. Or, elles sont très nombreuses et parfois très longues, au point que je ne comprenais pas comment mon garçon pouvait ne pas décrocher…

Preuve de ce que j’avance: j’ai rarement vu mon fils aussi concentré que lors des 20 dernières minutes, alors que les interminables dialogues ont enfin fait place à un peu de tension et à beaucoup d’action.

Le désir des créateurs d’intéresser un public adulte est également bien perceptible dans le scénario, inutilement compliqué.

On a en effet droit à tout un paquet de surprises et de retournements de situation assez lourds dans la dernière demi-heure.

Résultat, à sa sortie du cinéma, mon jeune assistant n’a pas été en mesure – avec raison – d’identifier le véritable méchant du film.

Le scénario demeure très intelligent – alors que ce qui se déroule dans le monde «réel» a un impact dans l’univers d’Emmet et ses potes -, mais un peu de légèreté et beaucoup de concision n’auraient pas fait de tort.

Il suffisait pourtant de s’inspirer du premier épisode, d’une simplicité extraordinaire.

Sublime et porteur

En dépit de tout ça, Lego 2 est d’une beauté exceptionnelle. On s’émerveille encore et encore devant l’imagination et les capacités techniques des créateurs.

Tout est d’un réalisme si réussi qu’après cinq minutes, on ne réalise déjà plus que ce qu’on voit a été créé en blocs Lego virtuels.

Le film nous offre également quelques messages intéressants sur la nécessité d’être soi même, la difficulté d’ouvrir son coeur et le respect des différences.

Le mot de la fin revient à mon garçon, qui m’a fait promettre de suggérer à tout le monde, dans le cadre de ma chronique, d’aller voir The Lego Movie 2… avant de réaliser que les sièges de cinéma pourraient manquer si tout le monde se déplaçait en même temps!

«Ils n’auront qu’à se construire des sièges en LEGO», lui ai-je répondu, visiblement encore dans l’ambiance du film! n

FICHE TECHNIQUE – THE LEGO MOVIE 2: THE SECOND PART

  • En bref: Quand ses amis sont enlevés par des extra-terrestres, Emmet doit tenter de les sauver – et du même coup, empêcher l’apocalypse.
  • Appréciation: Les effets visuels sont supérieurs au premier épisode, mais on ne peut en dire autant du scénario et de la qualité de l’humour.
  • Version française: Le film Lego 2
  • Genre: film d’animation familial
  • Réalisateur: Mike Mitchell
  • Scénario: Collectif
  • Avec les voix (en version anglaise): Chris Pratt et Elizabeth Banks
  • Budget: non dévoilé
  • Durée: 106 minutes
  • Une production des studios: Warner Animation Group
  • ÉVALUATION (sur 5)
    • Scénario:   3
    • Qualités visuelles:      5
    • Jeu des comédiens:      4
    • Originalité:    3
    • Divertissement:   3
    • Total: 18 sur 25