Une ligue qui fait le plein de spectateurs… et de futures vedettes!

Notre sport national connaît un bel élan au Nouveau-Brunswick depuis quelques années et on le doit en partie à la Ligue de hockey des Maritimes.

Le circuit de niveau junior A produit des athlètes qui évoluent par la suite au hockey universitaire, au hockey senior, et dans quelques cas, au hockey professionnel.

On voit généralement un ou deux joueurs se joindre aux Aigles Bleus de l’Université de Moncton chaque année.

Un coup d’oeil sur l’alignement de la troupe de Judes Vallée révèle que Joey Richard, Alexandre Bernier, Robbie Graham, Thierry Comtois, Alexandre Jacob, Samuel Castonguay et Ryan Chiasson sont tous passés par ce circuit.

On peut aussi penser à Mathieu Newcomb et Michael Poirier chez les Gee Gees de l’Université d’Ottawa.

Plusieurs autres patineurs qui ont connu une saison 2018-2019 exceptionnelle sont de sérieux candidats pour un poste avec le Bleu et Or l’an prochain.

On n’a qu’à penser à trois joueurs qui se sont taillé une place au sein de la première équipe d’étoiles de la ligue, soit Pierre-Luc Lurette et Francis Thibeault, des Tigres de Campbellton, ainsi que Jean-Simon Bélanger, des Rapides de Grand-Sault.

Le renouveau du hockey dans le nord-ouest est une raison majeure dans ce développement accéléré du talent local.

La rivalité entre le Blizzard d’Edmundston, les Rapides de Grand-Sault et les Tigres de Campbellton est bien sûr au coeur de ce bouillonnement sportif.

Les bouts de choux de tout le Madawaska regardent ces athlètes avec des yeux grands comme des pièces de deux dollars et rêvent de sauter sur la glace du Centre Jean-Daigle, du Centre É.&P. Sénéchal ou du Centre civique Mémorial avec le chandail de leur équipe favorite sur le dos.

Et ce n’est qu’un début.

La présence de nombreux joueurs de talent au niveau des écoles secondaires ou du hockey mineur signifie que le circuit junior A risque de poursuivre son bel essor au cours des prochaines saisons.

Les concessions chancelantes se retrouvent graduellement dans de nouveaux marchés florissants.

Ce fut le cas des Commandos de Dieppe, qui sont devenus le Blizzard d’Edmundston il y a deux ans.

On a vu l’accueil qu’ils ont reçu des amateurs de hockey de la Brayonnie.

Même chose pour les Slammers de Woodstock, qui ont ressuscité sous le nom des Rapides de Grand-Sault.

Malgré une équipe de bas de classement, les joueurs Sandy McCarthy ont eu droit à un bel appui des amateurs de leur nouveau milieu.

Cet intérêt ne fera qu’augmenter au même rythme que les victoires au cours des prochaines saisons.

Il y a le cas des Aces de St. Stephen, qui pourrait aussi être réglé après les présentes séries.

Des rumeurs persistantes font état du transfert de l’équipe vers la ville de Fredericton pour la campagne 2019-2020.

Un transfert qui aurait beaucoup de sens, puisque seulement deux équipes de hockey universitaires occupent les deux amphithéâtres de la capitale provinciale.

La nouvelle équipe pourrait partager le superbe Centre Grant-Harvey, le domicile des formations des Tommies de l’Université St. Thomas, avec les deux formations universitaires (masculine et féminine).

Tout ça pour dire que la Ligue de hockey des Maritimes est de plus en plus une avenue de choix pour les jeunes hockeyeurs des quatre coins de l’Acadie.