La province laissée de côté

La firme de sondage Angus Reid dévoilait, cette semaine, les taux de popularité des premiers ministres provinciaux. Sans aucune honte, la liste ne contenait que neuf premiers ministres. Il manquait – l’aurez-vous deviné? – l’Île-du-Prince-Édouard (qui, incidemment, est à présent en campagne électorale).

Pourquoi? Pour le savoir, il fallait se rendre tout en bas de l’article (fort long d’ailleurs!) et lire une toute petite ligne, en italique et en jargon statistique incompréhensible : simplement dit, il n’y a pas assez d’îliens pour pouvoir les sonder adéquatement. Excusez-moi si je trouve ça insultant pour les citoyens de l’Île-du-Prince-Édouard! Dans quel pays vivons-nous qu’on laisse de côté une province dans un document à portée nationale? Quelle sorte d’éthique ont ces gens qui guettent tous nos faits et gestes? C’est tout simplement lamentable. Et inquiétant.

Par contre, les résultats du sondage sont éloquents! D’abord, il est clair que plus on reste au pouvoir, moins on est populaire: Stephen McNeil de la Nouvelle-Écosse, le plus «vieux» premier ministre en exercice, est favori chez 24% de son électorat, contre 60% pour Legault du Québec et 59% pour le premier ministre de la Saskatchewan qui viennent de se faire élire.

Seuls trois premiers ministres passent la barre de la majorité absolue mais on ne doit pas s’en surprendre puisqu’ils ont dû se faire élire avec des chiffres similaires: Doug Ford de l’Ontario est aujourd’hui populaire chez 38% de son électorat, soit à peu près le même montant de partisans sur lesquels il a pu compter pour se faire élire, ce qui est affligeant en démocratie.

Le premier ministre de ma province de Terre-Neuve remonte dans les sondages (c’est tout dire!) avec 34% de popularité. Enfin, grâce à un sondage de Corporate Research Associates, du début mars de cette année, (allez savoir comment, eux, ont réussi à sonder là où Angus Reid a échoué), je suis en mesure d’ajouter que les libéraux de Wade McLaughlin à l’Île-du-Prince-Édouard, sont en chute libre.

Angus Reid se mordra peut-être les doigts d’avoir ainsi ignoré la plus petite province du pays, car c’est de là que pourraient venir les plus grandes surprises électorales: les Verts de Peter Bevan Baker y mènent avec 38% des intentions de vote et l’élection comporte une question référendaire sur un nouveau mode de scrutin proportionnel. Qui dit mieux?