Changer d’idée

Le dicton veut qu’il n’y ait que les fous qui ne changent pas d’idée. Cette semaine, les progressistes-conservateurs ont beaucoup changé d’idée.

Tout d’abord, mercredi, le ministre de l’Éducation et du Développement de la petite enfance, Dominic Cardy, a rebroussé chemin en annonçant que les éducatrices en garderie qui sont titulaires d’un diplôme d’un an seulement auraient finalement droit elles aussi à l’augmentation de salaire de 0,75$ annoncée la semaine précédente pour leurs collègues qui possède une formation d’au moins deux ans.

Jeudi, M. Cardy a fait volte-face une seconde fois en annonçant que le gouvernement continuerait en fin de compte à offrir des services de soutien dans les garderies pour une cinquantaine de famille avec des enfants à besoins spéciaux. Celles-ci devaient bientôt perdre cette précieuse aide en raison de l’augmentation de la demande de la part de cas plus sérieux.

Le même jour, le ministre de l’Éducation postsecondaire, de la Formation et du Travail, Trevor Holder, a déclaré que la Prestation pour l’achèvement des études dans le délai prévu, qui a été éliminée dans le plus récent budget, demeurerait en place juste un peu plus longtemps pour permettre à une dernière cohorte de diplômés d’en profiter.

Il y a quand même quelque chose de noble dans un gouvernement qui est capable d’admettre qu’il s’est trompé et de corriger ses erreurs. Ça fait toutefois beaucoup d’erreurs en une petite semaine.

Considérant que le ressac de la part des éducatrices, des parents d’enfants à besoins spéciaux et des diplômés était tout à fait prévisible, on pourrait croire que les ministres et leur armée de fonctionnaires auraient dû voir venir la tempête.

Le gouvernement de Blaine Higgs se vante souvent d’être un gouvernement d’action et c’est vrai que ça ne manque pas d’action à Fredericton ces jours-ci. Les progressistes-conservateurs auraient toutefois beaucoup à gagner à réfléchir juste un peu plus longtemps à leurs affaires la prochaine fois pour ne pas perdre des points inutilement et éviter bien du stress à bien du monde.