Quel film de sport aimeriez-vous voir?

Raging Bull, The Pride of the Yankees, Glory Road, Pelé, The Blindside, Miracle, Maurice Richard, Race et 42. Tous des films que j’ai bien aimé et qui ont en commun de raconter une histoire vraie.Récemment, j’ai utilisé ma plateforme Facebook pour demander à ma communauté virtuelle de me nommer cinq athlètes, entraîneurs ou dirigeants qui seraient à coup sûr de bons sujets de film pour le grand écran. Je leur ai aussi demandé de m’expliquer en quelques mots le pourquoi de leurs sélections.

Près d’une trentaine de personnes y ont participé et je ne peux vous cacher ma surprise (et mon bonheur) d’avoir reçu 75 choix différents et que ces derniers soient issus de 17 sports distincts.

D’entrée de jeu, sachez que le golfeur Tiger Woods et celui qui s’est le plus démarqué avec 11 votes.

«Ça ferait un bon film en raison de son petit côté qui je ne sais pas quoi lui permet d’attirer les foules, mais aussi pour ses problèmes sexuels qui ont provoqué la perte de la majorité de ses commanditaires. Et pour conclure, son grand retour avec le monde à nouveau à genoux devant lui», m’a transcrit un ami virtuel.

«Pour sa discipline, son focus dans son sport et aussi pour l’exposition au grand jour de la vulnérabilité des hommes envers les femmes», explique un autre participant.

«Parti pour battre la plupart des records du golf, il est devenu le premier athlète milliardaire et ont suivi ses déboires avec sa femme, ses maîtresses et enfin ses blessures au dos qui ont failli mettre un terme à sa carrière. Son récent retour avec sa victoire miraculeuse à Augusta est phénoménal. Tout ça ferait un excellent film, peut-être même une télésérie», raconte un grand amateur de cinéma.

En deuxième position, et je m’y attendais un peu, on retrouve ex aequo les Néo-Brunswickois Yvon Durelle, Ron Turcotte et Willie O’Ree, ainsi que le roi des coups de circuit Barry Bonds. Tous les quatre ont reçu cinq votes chacun. Et tous les quatre feraient assurément de bons sujets de film.

«J’ai aimé le film Secretariat, mais c’était trop axé sur le cheval et son propriétaire, et pas assez sur le jockey», résume un participant au sujet de Turcotte.

Un autre participant souligne pour sa part la vie riche en péripéties de Durelle.

Le légendaire Yvon Durelle s’est battu à plusieurs reprises à Miramichi. – Archives

«D’abord pêcheur et bûcheron, il est devenu après avoir remporté des championnats canadiens et de l’Empire britannique un aspirant au titre mondial. Et tout ça pendant une période très riche dans l’histoire de la boxe.»

«Barry Bonds est un athlète polarisant qui a été une icône du baseball et qui continue de faire parler de lui. Il serait intéressant de voir son parcours pour tenter de comprendre son choix de tricher au cours de sa carrière», révèle par ailleurs un autre intervenant.

Willie O’Ree – Archives

«Willie O’Ree est notre Jackie Robinson à nous, commente ce cinéphile féru d’histoire. Je pense au racisme, à l’accident qui lui a coûté la vue à un oeil, le fait qu’il vient du Nouveau-Brunswick, etc. Tout ça fait en sorte que nous avons un bon film devant nous.»

Wayne Gretzky, Andre The Giant, Jean-Yves Thériault, Bobby Orr, Usain Bolt, Tom Brady et Martina Navratilova sont les autres autres athlètes qui ont obtenu au moins trois votes.

«Pour être resté aussi longtemps au sommet dans un sport qui était très compétitif, j’aimerais en savoir plus sur Jean-Yves Thériault», avance un lecteur.

«Bolt est peut-être le plus grand Olympien de tous les temps. Sans compter que je ne connais rien de sa vie en Jamaïque, avant qu’il ne devienne la mégastar d’aujourd’hui», me dit cet autre intervenant.

Cela dit, il n’empêche que j’ai également beaucoup aimé les explications de certains choix moins populaires.

«J’aimerais voir un film sur Ben Johnson, mais surtout sur l’après-Séoul. C’est cela qui m’intéresse», m’a écrit un participant.

«Un film sur Danica Patrick serait une bonne idée. C’est une femme qui a su performer dans un sport d’hommes et qui a grandement aidé à l’avancement de la femme dans les sports mixtes», mentionne cet autre cinéphile.

«L’histoire des frères Stastny ferait un très bon film. Ce serait intéressant de voir comment les Nordiques ont procédé pour les sortir des griffes communistes, avec un frère qui est resté là-bas et qui a été banni du hockey en Slovaquie, et sans oublier leur intégration à Québec…», suggère ce partisan des Nordiques.

«George St-Pierre vient d’un petit village où il a subi l’intimidation à l’école en raison de son petit physique. Grâce à sa force mentale, il est néanmoins parvenu à devenir champion du monde», affirme ce maniaque d’arts martiaux mixtes.

«Jimmy Connors a été pendant des années le méchant du tennis. Il a révolutionné son sport en mettant de côté la tradition du gentilhomme sportif», m’a confié ce maniaque de cinéma.

«Avec ses nombreuses citations qui sont devenues célèbres, il me semble qu’un film sur Yogi Berra serait très divertissant», exprime ce fan de baseball.

«Sam Pollock, qui était surnommé le taciturne, est l’homme qui a changé la façon de construire une équipe de hockey», soutient un autre amoureux fou de hockey… et du Canadien de Montréal.

Bref, comme vous pouvez voir, les suggestions ont été aussi nombreuses que séduisantes.

Tenez, je vous offre en bonus mes propres choix. En fait, pour vous prouver à quel point le sport est un puits sans fond de beaux projets cinématographiques, j’ai choisi de vous donner cinq noms qui n’ont pas été mentionnés par les participants.

Honus Wagner – Archives

En cinquième position, je place Honus Wagner, une vedette du baseball au début siècle dernier, dont la carte sportive a été vendue pour la somme de 2,8 millions $ en 2007. Il s’agit d’ailleurs d’un record qui tient encore de nos jours. J’aimerais bien savoir comment un tel joueur, dont le nom n’est pratiquement jamais mentionné parmi les meilleurs de l’histoire du baseball, a pu se retrouver avec la carte sportive la plus coûteuse. Pas vous?

Bill Lee – Archives

Le lanceur Bill Lee est mon deuxième choix. Comment ne pas aimer ce personnage qui a pour surnom Spaceman et dont l’excentricité a régulièrement fait les manchettes. Parmi ces coups d’éclat, notons cette entrevue dans laquelle il se vante de saupoudrer ses crêpes de marijuana, ou encore la fois où l’entraîneur des Expos Jim Fanning l’a invité à se battre dans le vestiaire.

Johnny Weissmuller dans Tarzan – Archives

En troisième position, j’ai choisi Johnny Weissmuller, l’interprète de Tarzan. Ce que les gens ont oublié c’est Weissmuller a été l’une des premières vedettes de natation de l’histoire. Il a d’ailleurs remporté cinq médailles d’or olympiques et il a détenu 28 records mondiaux. C’est même lui qui a été le premier nageur à briser la barrière des 60 secondes au 100m style libre. J’en aurais encore long à dire à son sujet, mais vous comprenez sans doute déjà pourquoi je le vois comme un excellent sujet de film.

Walter Hagen est mon deuxième choix. D’abord parce que j’ai toujours eu un faible pour les films traitant du golf. Mais surtout parce que Hagen, en raison de sa fougue et de sa renommée, est celui qui sut convaincre pendant les années 1920 les organisateurs de tournois d’améliorer les bourses des golfeurs professionnels. Sans oublier que ça ne nuit pas qu’il ne soit devancé que par Jack Nicklaus et Tiger Woods pour le plus grand nombre de victoires dans les tournois majeurs.

Napoléon Lajoie – Gracieuseté: Temple de la renommée du baseball

Mais mon tout premier choix est Napoléon Lajoie. Qui est-il? Il s’agit de la première vedette francophone dans l’histoire du baseball. Lajoie, qui a joué dans le baseball majeur de 1896 à 1916, a frappé 3243 coups sûrs en carrière. Sa meilleure saison aura été en 1901 alors qu’il réussit à maintenir une moyenne au bâton de ,426, record qui tient encore de nos jours. Il a aussi entretenu pendant plusieurs années une grande rivalité avec Ty Cobb. Vous ne trouvez pas qu’il y a là matière à faire un très bon film?