En accourant vers le week-end

Pendant que Geneviève Lalonde complète ses préparatifs en vue de l’épreuve du 3000m steeple de la Ligue Diamant, samedi soir, au Stade de Shanghaï, plusieurs athlètes du Nouveau-Brunswick seront en action ici et là en Amérique du Nord.

Par exemple, Guy Doiron, de Petit-Rocher, sera sur la ligne de départ du Cruel Jewel 100 (17 au 19 mai), une course d’endurance de 170 km dans les montagnes de l’État de la Géorgie, pas très loin d’Atlanta.

Guy, qui a complété le très difficile Ultra trail du Mont-Blanc (UTMB) en août, se dit en pleine forme, bien que le long hiver a drôlement compliqué sa préparation physique.

«Ç’a été pas mal dur de trouver des endroits pour m’entraîner ce printemps, alors il a fallu que j’aille passer quelques fins de semaine près de Kingston, où il n’y avait presque plus de neige. Par contre, je n’ai pas pu m’entraîner en montagne. Je me sens quand même très bien. La compétition risque d’être féroce puisque la course de cette année permet de se qualifier pour le Western States (29-30 juin, Sierra Nevada, Californie) et le Hardrock (19-20 juillet, Silverton, Colorado)», m’a-t-il raconté.

En ce qui concerne le degré de difficulté du Cruel Jewel, Guy estime qu’il s’agit de l’une des épreuves de 100 miles parmi les plus difficiles au monde.

«Selon moi, elle est définitivement dans le top-4 aux États-Unis. Principalement en raison de son dénivelé positif. Nous allons grimper environ 10 km au total, ce qui ressemble pas mal à l’UTMB», m’a-t-il signalé.

Ah oui, Guy vise un top-10.

Par ailleurs, Sacha Hourihan, de Southfield, et Ryan O’Shea, de New Maryland, m’ont révélé avoir des objectifs plutôt élevés pour le Marathon Sugarloaf, dont le départ sera donné dimanche matin à Eustis, dans l’État du Maine.

Sacha, qui en sera à un premier 42,2 km à vie, veut ni plus ni moins devenir la quatrième Néo-Brunswickoise à compléter un marathon sous la barre des trois heures. Elle veut ainsi se joindre à un groupe sélect composé de Shelley Doucet, Paula Keating et Cathy Jeffrey.

«Je suis excitée», m’a-t-elle dit plus tôt cette semaine.

«Je n’en peux plus d’attendre le coup de départ. L’attente est en train de me tuer», m’a confié Sacha en riant.

«La température s’annonce très bonne à 10 degrés avec du soleil, quelques nuages et très peu de vent. Je me sens prête, tant physiquement que mentalement, pour briser les trois heures et ajouter mon nom à cette belle liste de coureuses que j’admire», a-t-elle indiqué.

Un chrono en tête?

«Oui j’ai un plan A pour mon temps, mais je vais garder ça pour moi, a-t-elle lancé en riant. Je vais me contenter de te donner mes plans B et C qui sont de briser les trois heures et de me qualifier pour Boston en 2020.»

Ryan, lui, ne demanderait pas mieux qu’un chrono de 2h35m. Son record personnel est actuellement de 2h37m59s établi en mai 2017 à Fredericton.

«J’aimerais compléter la course aux environs de 2h35m, mais ça va surtout dépendre de la façon dont je vais gérer la longue côte dans la première moitié de la course. Sinon, je veux au moins battre mon record personnel. J’aborde ce marathon de façon plus conservatrice que lors de mes dernières courses parce que je veux vraiment améliorer ma marque personnelle. Lors des derniers marathons j’ai fait l’erreur de tenter de courir sous la barre des 2h30m», m’a mentionné Ryan.

Enfin, quatre coureurs participeront ce samedi au Johnny Loaring Classic au Stade Alumni de l’Université de Windsor, en Ontario.

Ainsi, Andrew LeBlanc, le recordman provincial du 800m à l’intérieur (1m50s94c), souhaite seulement entamer sa saison extérieure sur le bon pied. Andrew, originaire de Fredericton, représentera le club Speed River de Guelph.

«Je n’ai pas vraiment de chrono en tête, m’a-t-il indiqué en début de semaine. Mais si j’avais à en donner un je dirais 1m51s, ou même moins. On verra bien. Mais une chose est sûre, ça va être plaisant de voir quelques visages de mon coin de pays sur la piste.»

Le sprinteur Jack Berkshire, lui aussi de Fredericton, participera aux épreuves du 200m et du 400m.

«C’est le lancement de ma saison et je n’ai pas vraiment d’objectifs majeurs en tête. J’ai juste hâte la saison commence», m’a fait savoir le rapide Jack, qui représente le club Fast Track de la capitale provinciale.

Brady Graves, de Saint-Jean, se dit de son côté en pleine possession de ses moyens. Brady, qui comme Andrew fait partie du club Speed River de Guelph, prendra part au 1500m. «Je me suis surtout entraîné sur des distances de 5km ces temps-ci, mais j’ai présentement une bonne vitesse dans mes jambes. Alors j’espère de courir sous la barre des 3m55s. J’ai réalisé ce temps il y a quelques années et je n’ai pas été en mesure de le répéter par la suite. Je serais donc très content si je parviens à battre mon record personnel au 1500m», m’a révélé Brady.

Le quatrième du groupe est le lanceur Ryan Evans, du club d’athlétisme de Saint-Jean. Ryan est inscrit dans les épreuves du disque et du poids.

+Mentionnons par ailleurs que deux courses sur route auront lieu sur la scène provinciale, dimanche.

Il s’agit de la course multiterrain de Hopewell Cape, ainsi que le 10 km de Miramichi. Vous pouvez trouver davantage d’informations sur ces deux courses sur le site web de Course Nouveau-Brunswick (runnb.ca).