En terre inconnue

La semaine dernière, je vous prédisais que rien ne changerait avec les élections dans ma province. Je m’étais trompée – un peu!

Comme vous, au Nouveau-Brunswick, nous avons hérité d’un gouvernement minoritaire ce qui, à part une brève aberration dans les années 70, ne s’est jamais produit en politique à Terre-Neuve-et-Labrador. Collectivement, les électeurs terre-neuviens ont été plus sages que je n’espérais. Ils ont élu deux indépendants (anciens libéraux) et trois néo-démocrates pour couper l’herbe sous le pied des libéraux et des conservateurs, les deux immuables partis politiques de la province.

Il manque un élu au premier ministre Dwight Ball pour avoir une majorité, une situation familière pour vous, je sais. Tout comme le fait que le gouvernement devra bientôt nommer un président de la chambre, ce qui va lui enlever une autre voix. Bref, les parallèles avec le Nouveau-Brunswick sont nombreux et nous sommes en terre inconnue!

Par contre, les résultats de l’élection ont été révélateurs à bien des égards.

Le chef des conservateurs, Ches Crosbie, livide de n’avoir gagné que 15 sièges, s’est révélé bien mauvais perdant. Il a refusé de concéder la défaite et prédit que ce gouvernement minoritaire ne durerait pas. Il a même ajouté qu’avant douze mois, il «servirait lui-même la tête de Dwight Ball sur un plateau d’argent». Quelle classe!

Les sondages qui prédisaient Ches Crosbie largement gagnant, se sont encore une fois trompés.

On peut se présenter comme indépendant et se faire élire largement.

Et enfin, pour ceux et celles d’entre vous qui sont persuadés que leur vote ne sert à rien, considérez donc qu’un des trois néo-démocrates élus, Jordan Brown à Labrador Ouest, a gagné par 5 voix seulement! Et c’est le recomptage officiel de ses voix qui déterminera si le gouvernement obtient ou non sa majorité. Quand on vous dit que chaque vote compte!

Les conservateurs garderont-ils leur chef défait? Les libéraux leur chef partiellement victorieux? Les deux indépendants le resteront-ils? Le jeune Jordan Brown gardera-t-il précieusement ses cinq voix? Combien de temps cet arrangement bancal peut-il durer? Affaires à suivre, on ne sait même pas comment tout ce beau monde va s’y prendre pour (enfin) travailler ensemble.