J’ai planté mon jardin. Pour la première fois. J’ai beau me sentir proche de la nature, je dois donner raison à un paroissien qui m’a dit: tu vas devenir plus sage avec un jardin. Déjà, je trouve que j’ai un rapport différent avec la terre.

Chaque matin, en me levant, je regarde le temps qu’il fait. Je me demande si ce sera bon pour le jardin. Il n’y a plus seulement mon mieux-être qui importe, mais aussi celui de la terre. Je veux que les semences sortent et produisent des légumes. Mais aussi des fleurs. Et des fruits.

+++

Les deux mains dans la terre, je me suis demandé cette semaine comment être pour les autres ce que le soleil a produit pour le pommier du voisin. Comment éveiller le riche potentiel humain de donner la vie?

«Donner la vie.» L’expression semble peut-être inappropriée pour plusieurs. On croit que ce sont uniquement les jeunes qui peuvent donner la vie. Ceux qui sont au sommet de leur forme physique peuvent enfanter, bien que plusieurs hésitent à mettre des enfants au monde.

Peut-être est-ce un symptôme de leurs doutes quant à leur capacité de donner plus que la vie biologique qui remet à plus tard une grossesse?

Parce que la fécondité est plus que biologique. Il y d’ailleurs des parents, avec des enfants à la maison, qui considèrent leur vie stérile, ne produisant plus rien. Il y a aussi des grands-parents qui font l’expérience éprouvante de se sentir inutile.

La fécondité est un appel pour chacun, peu importe son âge ou sa condition. Elle est un chemin d’épanouissement désirable et légitime. Elle est la conséquence d’une vitalité intérieure et d’une profonde satisfaction humaine.

+++

Il nous arrive de confondre la fécondité d’une vie avec la productivité. Être fécond, ça ne veut pas dire être producteur. La production est le résultat de ce que l’on fait. Bien des choses peuvent appartenir à cette catégorie: notre travail certes, mais aussi nos amis, une réputation enviable, la capacité de prendre des décisions, etc. Tout cela montre que nous sommes capables d’être producteurs.

De nos jours, l’accent est mis sur cette capacité de chacun à produire. Notre valeur est souvent déterminée par ce que nous produisons avec nos mains et nos esprits. Vous devinez ce qui s’ensuit. Voulant produire toujours davantage et toujours mieux, nous devenons sensibles à la critique et au rejet, ce qui conduit à l’anxiété et au mal-être intérieur.

La productivité, c’est un moyen parmi d’autres de contrôler la vie. Sa vie! C’est une manière de se mettre aux commandes de sa vie, de se faire capitaine… alors que nous sommes membres d’équipage. Lorsque nous sommes dans ce registre, en plus de produire des ressources et de la richesse, nous produisons de l’anxiété et du stress.

+++

La fécondité est d’un autre ordre. Certains peuvent être productifs, mais tous sont appelés à porter du fruit. Voilà la finalité de l’amour. Celle de notre vie!

Être fécond, c’est accepter de se laisser guider par l’amour. On devient alors fécond, tout en étant productif. L’essentiel, c’est de porter du fruit avant de produire des profits.

La fécondité d’une personne se voit à sa bonté, sa gratitude, sa liberté. Voilà ce que je vous souhaite cet été. Puissiez-vous faire pour vous-mêmes ce que le soleil prépare pour les arbres: une floraison!