«La vie t’a offert 86 400 secondes aujourd’hui. En as-tu utilisé une seule pour dire merci?» – William Arthur Ward

Je vous sais gré, cher lecteur, de lire cette chronique. Je suis également reconnaissante à ce quotidien de me témoigner sa confiance.

Merci pour cette journée. Merci pour ma tasse de thé, préparée avec de l’eau potable du robinet. Merci pour mon lit. Merci pour la brise qui caresse mon visage (même si le pollen me fait éternuer). Atchoum! Merci pour la pluie qui abreuve les terres; en fait, j’attends sa douce visite pour demain. Je remercie ma famille, les agriculteurs qui me nourrissent et les écoles que fréquentent mes enfants.

Merci pour ma corde à linge. Merci pour la tranquillité de cette région. Merci pour l’air que je respire. Merci au soleil qui nous ravitaille.

Merci à mon système lymphatique, à mon ouïe et à mes orteils. Merci à mon chat de me livrer, avec tant de délicatesse, un cadeau à la porte. Repose en paix petite souris.

Merci au réparateur de mon lave-vaisselle. Mon fils l’avait abîmé en tombant dessus. (Euh… Le lave-vaisselle et non le réparateur.) Quelle chance de pouvoir bénéficier des services d’un concitoyen qui connait les électroménagers comme sa poche.

À mon avis, cette réparation n’est rien de moins qu’une prouesse de pur génie. Un miracle céleste. (On s’entend que si j’avais essayé de remettre cet appareil en état par moi-même, la cuisine aurait été remplie d’eau, de bulles et de désarroi.) Après bon nombre de jours à laver la vaisselle à la main, pauvre de moi, j’apprécie mon lave-vaisselle plus que jamais.

Merci d’endurer mon élan de gratitude. Je le fais, entre autres, parce que c’est bon pour ma santé.
Et je tiens à ma santé.

Nous savons tous que cela nous fait un petit velours de recevoir la reconnaissance des autres, mais il est étonnant de savoir à quel point il est sain de cultiver ces sentiments en nous-mêmes.

De nombreuses études démontrent un lien significatif entre le sentiment de la gratitude et une meilleure santé globale.

Antidote

La gratitude est un antidote au mal-être. Il est difficile de sombrer dans le désespoir lorsqu’une nouvelle réalité se présente à nous.

Nous nous rendons alors compte que chaque instant est un miracle.

Nous pouvons reconnaître l’abondance qui est en nous et autour de nous – même lorsque la vie nous semble impitoyable. Il s’agit de ne pas rester piégé dans nos pensées limitatives et d’ouvrir les yeux et le cœur.

Les paroles de Williamson affermissent la puissance de ce sentiment: «Notre gratitude s’étend également à la dimension supérieure de la vie, à ce qui est plus grand que nous, à cette force universelle qui nous nourrit, qui nous soutient, qui nous aime!»¹

Merci à la vie!

¹Williamson, A. (2015). Ho’opono-pono. Québec: Le dauphin blanc, p.109.

Défi de la semaine

Endormez-vous chaque soir avec une énergie de gratitude en vous. Au coucher, récitez des remerciements ou griffonnez-les sur un carnet. Le sentiment voyagera dans votre esprit durant la nuit, engendrant un sommeil récupérateur ainsi qu’une joie de vivre accrue.