C’est assez dit la baleine!

La découverte de six baleines mortes dans les eaux du golfe du Saint-Laurent, aura eu l’effet d’une douche froide sur une saison de pêche au crabe qui autrement s’est bien déroulée. Des quotas abondants, un prix raisonnable et une volonté évidente des pêcheurs de rebâtir un dialogue avec les autorités gouvernementales donnaient à la Péninsule acadienne l’espoir que le meilleur était à venir dans cette industrie. Même si rien ne démontre que la pêche au crabe est responsable de ces mortalités c’est un dur coup pour l’industrie.

Comme c’est ma dernière chronique au moins jusqu’à l’automne, nous allons faire ce que j’ai trouvé le plus intéressant avec vous durant les dix derniers mois; vous parler de politique! Car nous, électeurs du Nouveau-Brunswick, sommes au centre d’un phénomène politique rarement vu dans notre pays alors que plusieurs gouvernements provinciaux récemment élus semblent vouloir se liguer contre le gouvernement libéral de Justin Trudeau dans une confrontation qui déjà donne des allures de combat extrême.

Jason Kenney cet ancien ministre de Stephen Harper, consacre depuis son élection à la tête du gouvernement albertain tous ses efforts à dénigrer le gouvernement fédéral en dépit du fait que Trudeau perd des appuis partout au pays parce qu’il veut construire un oléoduc pour vendre le pétrole albertain. Doug Ford, pour ne pas nuire aux conservateurs fédéraux, vient de proroger la session ontarienne jusqu’après les élections fédérales.

La situation est d’autant plus excitante au Nouveau-Brunswick, quand on apprend que le gouvernement de Blaine Higgs a décidé de ne pas collaborer à aucune annonce avec les fédéraux d’ici l’automne mettant en péril des millions de dollars en investissements, tout cela au nom de la politique partisane. Il vient d’accueillir Jason Kenney en héros devant la raffinerie à Saint-Jean.

Conséquences immédiates de cette situation, on a vu le gouvernement Higgs refuser d’investir dans la rampe de halage au Centre naval de Bas-Caraquet alors que c’est le gouvernement dans lequel il était ministre des Finances qui en avait pris l’engagement en 2014. Il tient un discours inquiétant quand il accuse le groupe Océan d’être une compagnie québécoise. Ce faisant il enlève tout espoir à la province de pouvoir bénéficier du lucratif contrat de 100 millions $ que le groupe Océan vient d’obtenir du ministère de la Défense.

Cette semaine encore, après un engagement écrit du gouvernement provincial d’un investissement de 7 millions $ à Belledune, il retire ses marrons du feu et fait une offre nettement inférieure. Il est surprenant qu’il n’ait pas fait la même chose dans une entente similaire avec le port de Saint-Jean où la province y a investi dix fois plus, soit 68,3 millions $. Rappelons- nous que depuis son élection, le premier ministre Higgs n’est venu au nord de la Miramichi que pour des levées de fond. Doit-on s’en inquiéter?

Ceci et beaucoup d’autres choses mettent la table pour un été politiquement excitant au Nouveau-Brunswick. Pour la première fois depuis des lustres, des idéologies s’affrontent. Les choix politiques auront le mérite d’être clairs cet automne.

Merci pour votre lecture assidue et vos nombreux commentaires! Bon été!