Un projet de loi déterminant

Un projet de loi pourrait s’avérer particulièrement déterminant pour l’avenir du gouvernement progressiste-conservateur de Blaine Higgs lors de la prochaine session législative; celui de l’Alliance des gens sur les langues officielles.

La formation populiste a annoncé récemment son intention de «faire les changements nécessaires» à la Loi sur les langues officielles pour mettre en oeuvre des politiques linguistiques plus proches du «gros bon sens» et plus «équitables». Dans le langage codé du parti de Kris Austin, cela signifie une loi qui fait surtout passer les intérêts individuels des anglophones unilingues devant le droit collectif de la minorité francophone à l’égalité.

Si l’Alliance des gens dépose véritablement un projet de loi du genre lorsque l’Assemblée reprendra ses travaux en novembre, le gouvernement Higgs sera forcé de choisir de plaire au parti qui lui permet de demeurer au pouvoir ou de respecter le contrat social néo-brunswickois écrit par Louis J. Robichaud et Richard Hatfield. Entre les deux, il n’y a pas vraiment de place au compromis. Certes, la Loi sur les langues officielles pourrait être améliorée si on le souhaitait vraiment, mais ça irait à l’encontre des objectifs des alliancistes.

Afin de se sortir de cette impasse, le gouvernement essayera probablement de convaincre ses partenaires de l’Alliance de calmer leurs ardeurs en échange d’une mesure beaucoup moins controversée comme l’étalement de l’inspection des véhicules aux deux ans ou la réduction d’une taxe quelconque.

Malheureusement pour les progressistes-conservateurs, les alliancistes risquent d’être peu enclins aux compromis au cours des prochains mois puisque c’est lorsque les tensions linguistiques sont à leur paroxysme qu’ils semblent performer le mieux dans les sondages. En ce moment, ils sont à 5% alors que les bleus sont à plus de 40%.

Un jour, les alliancistes devront décider si continuer d’appuyer Blaine Higgs est toujours dans leur intérêt. Quelle meilleure façon pour eux de commencer une campagne électorale en lion qu’en faisant tomber le gouvernement pour son refus d’affaiblir la Loi sur les langues officielles?