Patriote

Depuis quelques semaines, l’Acadie est au cœur des «discussions» sur les réseaux sociaux. Notez le mot «discussions» entre guillemets, parce qu’il s’agit plutôt de réactions à chaud sur les sujets de l’heure. Discuter, implique des arguments réfléchis pour défendre son opinion et la conviction que toutes les opinions doivent être entendues. Or, une des premières remarques faites à la suite de mon billet sur le génocide, a été que l’Acadie Nouvelle n’aurait jamais dû le publier. La réflexion en dit long sur la notion d’échanges d’idées.

Ont suivi toutes sortes de commentaires sur les faits historiques ou, tout au moins, sur ce qu’on croit en savoir (comme si c’était une science exacte!), et surtout comment on les ressent. Mais, à ce que je sache, l’émotivité patriotique n’est pas un substitut à la connaissance et pour s’avancer sur des terrains dangereux comme celui du génocide il faut, à mon sens, un peu plus d’arguments que «les maudits Anglais ceci et les maudits Anglais cela». Peut-être, faudrait-il lire et se documenter, ou est-ce que cela relève de l’élitisme?

Toutes ces polémiques où chacun vomit sur l’autre au nom de son patriotisme plus grand, plus beau, plus fort que celui de son voisin, m’épouvante. Le niveau des discussions autour de l’alliance de la SANB avec les anglophones du Québec aussi.

Je crois l’Acadie apte à dépasser le stade «maudits Anglais», je la crois idéalement placée pour savoir qu’une minorité peut en cacher une autre, que le mythe des anglophones du Québec «cent fois mieux traités que nous» peut s’accommoder de la réalité qu’il est aussi difficile d’être un ayant-droit anglophone à Natashquan qu’Acadien à Port-au-Port et, qu’ensemble, les deux ont sans doute plus de chance de se faire entendre.

Ma vie entière a été basée sur la défense des droits des francophones et sur l’épanouissement de l’Acadie. J’en ai connu des barricades. Mais, à un moment, il faut bien en descendre! Et faire front autrement, les deux pieds ancrés dans notre époque! Pour cultiver ce qui nous unit plutôt que ce qui nous sépare.

Et je revendique le droit de dire tout cela, haut et fort, et de me déclarer patriote, en même temps!