Cette semaine, je réponds aux questions de monsieur Girard. Bonne lecture!

Depuis la nuit des temps, les professionnels de la santé suggèrent de prendre de cinq à six repas par jour. Et s’il en était autrement pour la personne souffrant d’hypercholestérolémie, d’embonpoint ou d’obésité? Faisons le point des effets potentiels du jeûne intermittent sur le tour de taille et la santé.

Les trois principaux types de jeûne intermittent (JI)

1. Jeûne avec alimentation limitée dans le temps (16:8 ou 20:4)

Le jeûne avec alimentation limitée dans le temps (ALT) consiste à ne rien manger pendant une période variant de 16 à 20 heures. Il s’agit du type de jeûne le moins extrême puisqu’il exclut les périodes de restrictions caloriques et les périodes de jeûnes complets.

Voici à quoi pourrait ressembler un jeûne ALT :

• Jeûne ALT (16:8) : Période de jeûne de 18 h à 10h, incluant une période d’alimentation de 10h à 18h.

• Jeûne ALT (20:4) : Période de jeûne de 18 h à 14h, incluant une période d’alimentation de 14h à 18h.

2. Jeûne alternatif

Ce type de jeûne consiste à ne rien manger pendant 24 heures, une à plusieurs fois par semaine. Par exemple:

• 1 jeûne par semaine : alimentation « normale » le lundi, mardi, mercredi, vendredi, samedi et dimanche, entrecoupé d’une période de jeûne complet le jeudi.

• 2 jeûnes par semaine :  alimentation « normale » le lundi, mardi, jeudi, vendredi et samedi, entrecoupé de périodes de jeûne complet le mercredi et le dimanche.

3. Jeûne modifié 5:2 ou 4:3

Ce type de jeûne consiste à manger normalement de 4 à 5 jours par semaine, puis à consommer 25% de ses calories durant les jours restants.

Voici à quoi pourrait ressembler un jeûne modifié d’un menu de 2000 calories:

• Jeûne 5:2 : consommation de 2000 calories le lundi, mardi, jeudi vendredi et dimanche, puis de 500 calories le mercredi et le samedi.

• Jeûne 4:3 : consommation de 2000 calories le lundi, mercredi, vendredi et dimanche, puis de 500 calories le mardi, jeudi et le samedi.

Quels sont les bienfaits potentiels du jeûne intermittent?

À ce jour, les études ne sont pas encore assez concluantes pour démontrer l’efficacité du JI sur la santé de l’humain. Malgré tous les écrits qui ont porté sur le sujet, une problématique demeure: les études ont été menées en grande partie sur des animaux de laboratoire.

Néanmoins, son effet thérapeutique a été reconnu dans plusieurs sphères, notamment: perte de poids, cholestérol et insuline; inflammation et système immunitaire; efficacité des traitements médicaux contre le cancer, etc.

Quels sont les risques du jeûne intermittent?

Au même titre que d’autres types de régimes, le JI ne devrait pas être adopté et suivi par la femme enceinte ou qui allaite; la personne diabétique (risques d’hypoglycémie); la personne qui doit prendre des médicaments avec des aliments; l’athlète qui s’entraine tous les jours ou plusieurs fois par jour, etc.

Certains effets secondaires peuvent aussi se manifester chez la personne qui pratique le JI, notamment : irritabilité, anxiété, manque de concentration, perturbation du sommeil, fatigue; fixation marquée sur le respect de la diète ce qui peut mener à des troubles alimentaires; rage de faim marquée; hypoglycémie, déshydratation; diminution du métabolisme basal et du niveau d’énergie.

Jeûne intermittent et habitudes alimentaires

Les bons côtés…

Le JI peut procurer une certaine « stabilité alimentaire ». La personne sait exactement quand elle « peut » et « ne peut pas » manger.

Les moins bons côtés…

Le JI ne favorise pas pour autant l’adoption de saines habitudes alimentaires et l’écoute de ses signaux de faim et de satiété. La personne qui consommait des aliments hautement transformés avant le début de son JI continuera à le faire, peu importe le type de JI choisi. Il en va de même pour l’écoute de ses signaux de faim et de satiété.

De plus, si la personne renonce au JI, elle retournera à la case départ, incluant toujours les habitudes alimentaires et de vie responsables de son problème de santé (obésité, hypercholestérolémie, etc.).

L’ABC d’une saine alimentation durant le JI

Peu importe le type de JI choisi, l’aspect nutritionnel doit toujours être mis au premier plan.

• Le plan d’alimentation doit répondre aux besoins en glucides, protéines, matières grasses, fibres, minéraux, vitamines, antioxydants et en eau.

• Le plan d’alimentation doit inclure des aliments de haute valeur nutritive et délaisser les aliments hautement transformés.

Le jeûne intermittent: je l’adopte ou non?

Mon rôle de diététiste-chroniqueuse n’est pas de vous conseiller ou de vous déconseiller le jeûne intermittent ou d’approuver votre choix.

Si vous songez à pratiquer le jeûne intermittent, je vous suggère fortement d’en discuter avec votre médecin puis de rencontrer une diététiste afin de vous assurer que la qualité de votre alimentation est à son sommet durant votre démarche.