La bonne idée!

Il arrive qu’une idée soit si bonne qu’on se dit « J’aurais dû y penser moi-même! » Ça vous est arrivé, n’est-ce pas? Pour ma part, c’est exactement ce que j’ai pensé lorsque l’ami Rino Morin Rossignol a avancé la géniale idée de créer une Bibliothèque nationale de l’Acadie. À Memramcook, en plus. Deux coups de génie!

L’idée renferme plusieurs éléments tout aussi réjouissants les uns que les autres :

Le projet est symbolique: seuls les peuples sûrs d’eux, modernes et innovateurs comprennent l’importance de la mémoire collective et de la création artistique. Pour l’Acadie, une bibliothèque nationale, affirmerait non seulement notre désir de préserver notre histoire et notre patrimoine, mais aussi de célébrer nos artistes actuels et d’encourager l’élan créateur du peuple acadien.

Il est porteur d’avenir: comme le souligne Rino, une telle institution permettrait de réunir des éléments épars comme le Centre d’études acadiennes d’autrefois et de proposer un regard plus complet, plus vaste et donc plus exact sur notre peuple. De créer – pourquoi pas? – des expositions, des rencontres, d’historiens et d’artistes… bref, de faire vibrer cette bibliothèque moderne.

Il est rassembleur: on a beaucoup parlé, ces temps derniers, de sujets qui fâchent et qui divisent. Le projet de bibliothèque, lui, permet d’unir tout le monde, autant dans le désir de se souvenir que dans celui d’avancer. Il pourrait intéresser autant les sociétés historiques que culturelles ou généalogiques, les regroupements d’aînés que jeunesse, les auteures, historiens, chercheurs, etc. Enfin en plaçant cette institution dans l’ère virtuelle, l’Acadie du monde entier pourrait y contribuer et l’utiliser.

Il est économiquement intéressant: enfin, et ça compte, le projet me semble tout à fait viable financièrement, parce qu’il pourrait donner lieu à des partenariats intéressants, entre l’Université de Moncton et l’Université Sainte-Anne par exemple; parce qu’il pourrait consolider avec efficacité des éléments, des services et des fonds déjà existants et séduire plusieurs mécènes en quête d’un grand projet prestigieux.

Une Bibliothèque Nationale de l’Acadie… Voilà le grand projet collectif qui manquait à l’Acadie d’aujourd’hui. J’espère que l’idée fera son chemin et je suggère, d’ores et déjà, qu’une des salles de la bibliothèque porte le nom de celui qui en a eu l’idée. Bravo, Rino!